/sports/ski
Navigation

Jean-François Houle réalise un rêve au Jamboree

JF Houle
Photo d'archives JF Houle

Coup d'oeil sur cet article

L’un des rêves du skieur extrême québécois et médaillé d’or aux X Games d’Europe en 2011 Jean-François Houle se concrétisera à l’occasion du Red Bull ReDirect qui donnera le coup d’envoi à la 11e édition du Jamboree, vendredi soir, à place D’Youville, à Québec.

«D’avoir l’opportunité de faire un évènement aussi gros au Québec, c’est un rêve, c’est sûr. Pour moi, je suis chez nous, je vais travailler sur le site et il y a tous les "riders" internationaux qui viennent à moi pour l’évènement. C’est vraiment cool», avoue-t-il.

Approché par Red Bull pour concevoir le parcours dans un milieu urbain et donner un sens au terme «ReDirect» avec les transitions et les modules, l’athlète natif de Drummondville se dit fier du travail accompli, également en collaboration avec Todays Park.

Le circuit de freeski consiste en une suite de cinq zones que sont, dans l’ordre, la section supérieure de rampes, le grand mur de la section supérieure, la section inférieure de rampes, le mur de la section inférieure et le conteneur. Chacune permet des options de manœuvre différentes sur lesquelles les participants seront jugés.

«Ce qui le rend unique, c’est qu’il est vraiment conçu dans un endroit urbain et on se sert aussi du matériel qui est déjà là dans l’infrastructure. Il n’y a jamais vraiment personne qui a fait ça pour une compétition internationale», témoigne Houle.

Jugement difficile

Celui qui, plus tôt dans sa carrière, a fait partie de l’équipe nationale canadienne de slopestyle estime que l’aspect nouveauté rendra la tâche des 20 compétiteurs plus difficile qu’à l’habitude, «mais c’est ça qui fait la différence de l’évènement».

Il ne s’attend donc pas à ce que les grosses manœuvres fassent la différence dans la position des skieurs au classement. Il croit plutôt qu’ils mettront l’accent sur la création et le style de leurs manœuvres pour tenter de se démarquer de leurs adversaires.

En ce sens, le travail des juges ne s’annonce pas évident pour la compétition qui aura lieu de 19 h à 22 h. Ayant lui-même procédé à leur sélection, Houle affirme les avoir choisis en prenant compte de certains aspects en particulier.

«Ce sont un peu des artistes dans un sens où c’est tellement dur et précis à juger ces genres d’évènements-là, image-t-il. C’est vraiment axé sur le style et la créativité. Et, des fois, tu te perds là-dedans.»