/lifestyle/psycho
Navigation

Ce que femme veut...

Stéphanie Bouvrette a épousé Daniel Gervais sans l’avertir

Coup d'oeil sur cet article

Si la tradition du mariage persiste, la forme, elle, connaît de plus en plus de variantes. Stéphanie Bouvrette, une résidente de Saint-Hippolyte, dans les Laurentides, a orchestré le sien dans le plus grand secret. Tellement secret que même son futur époux ne l’a découvert qu’une fois sur place, devant le célébrant!

Maître de la manigance, Stéphanie Bouvrette, 45 ans, a mis six longs mois à tout préparer – dans le dos de son futur mari, Daniel Gervais.

Quatre-vingt-dix faire-part, gâteau de noces, réservation de la salle, menu, robe de mariée, habit de noces de monsieur et même un voyage de noces!

Son futur époux n’a jamais rien vu.

En couple depuis sept ans, ils avaient souvent parlé d’unir leurs destinées par les liens du mariage. Mais Daniel Gervais ne pensait pas que sa compagne lui préparait une union... en douce.

«Le plus difficile, raconte la mariée, a été de ne pas m’échapper moi-même. Je n’ai jamais autant menti de ma vie! Pour le reste, j’ai pu compter sur de bons amis.»

Les choses se sont un peu compliquées quand est venu le temps d’inviter l’élu à prendre part à la cérémonie...

Daniel Gervais croyait qu’il allait à la fête d’un «chum». Il n’était ­vraiment pas pressé à se préparer et il ne comprenait pas pourquoi sa ­partenaire tenait tant à ce qu’il porte un pantalon chic et un veston. Il voulait mettre des jeans. Les demandes ­répétées de sa partenaire ont fini par le faire plier.

«Mais il en a chialé un coup», ­précise Stéphanie Bouvrette.

Un gâteau, du sexe ou la carte ?

À force de manier les petits mensonges, l’organisatrice a réussi à ­traîner son fiancé jusqu’à une salle réservée d’un resto de Prévost.

C’était le 9 janvier dernier.

En y entrant, Daniel Gervais a reconnu tous les invités. Surpris, il en a conclu qu’il s’était fait avoir et que c’était une fête-surprise organisée pour fêter ses 50 ans.

Laissé dans l’ignorance pendant une trentaine de minutes, à recevoir des «Bonne fête Daniel!», il a alors été invité à se rendre au centre de la salle. Sa blonde Stéphanie lui a tendu une carte.

À haute voix, il a alors lu:

«Pour ton anniversaire, est-ce que tu veux un gâteau, du sexe ou la carte?»

Il a choisi la carte et il a continué à lire à haute voix:

«... Mon Daniel d’amour, tout le monde est réuni.

Que dirais-tu d’en profiter?

Veux-tu m’épouser ici ce soir?»

Oui ou non ?

Il lui a fallu quelques secondes de réflexion pour bien comprendre ce qui se tramait.

Ému, le cinquantenaire est parvenu tant bien que mal à se contenir, le temps de dire «oui».

Peu après, sa gorge s’est resserrée, ses yeux se sont embrumés et son coeur s’est mis à battre la chamade.

Tout allait trop vite dans la tête de Daniel Gervais: on lui avait fait croire qu’il se rendait à la fête de son chum... à la sienne... Et maintenant, on parlait de son mariage!

Il a dit «oui». Puis, il s’est ­ressaisi.

Les futurs mariés se sont ­retirés le temps de mettre les vêtements de circonstances. Trente minutes plus tard, la cérémonie a commencé: simple, rapide et très décontractée.

« Je ne me suis jamais douté de rien »

De retour à la maison après son mariage imprévu, Daniel n’est pas parvenu à fermer l’œil de la nuit.

«J’étais encore sous le choc, confie le nouveau marié. Je ne me suis jamais douté de rien. Mais là, à la maison, je repassais dans ma tête certains commentaires entendus durant le dernier mois et j’en comprenais enfin le sens.»

Une autre surprise attendait Daniel à la maison: leur cadeau de noces. Elle leur avait acheté deux billets pour le Club Med des îles Turques-et-Caïques.

«Que dirais-tu de partir avec moi lundi matin?» a-t-elle dit.

Elle avait vraiment pensé à tout. Jusqu’à obtenir, du ­patron de son nouvel époux, une semaine de vacances... Toujours dans le plus grand secret!

C’est une belle histoire d’amour qui finit bien. Elle ­aurait toutefois pu mal tourner s’il avait refusé.

«C’était impossible, dit la nouvelle mariée. Je savais qu’il souhaitait qu’on se marie. Il en avait parlé quelques fois au cours des sept années que nous avons passées ensemble.»