/news/politics
Navigation

Réforme scolaire: Moreau prié de refaire les devoirs de François Blais

periode des Questions
Photo Agence QMI, Simon Clark Le nouveau ministre de l'Éducation Pierre Moreau.

Coup d'oeil sur cet article

Dès l'ouverture de la commission parlementaire sur la réforme des commissions scolaires, le nouveau ministre de l'Éducation Pierre Moreau s'est fait prier de refaire les devoirs de son prédécesseur François Blais.

Le projet de loi 86 vise notamment à rapprocher les parents de la prise de décisions à l'école, a rappelé le ministre Moreau en guise d’entrée en matière.

Le comité de parents de la Commission scolaire de Montréal a vertement dénoncé le projet de loi sur la gouvernance scolaire. «Ce projet de loi sème la division, a jeté la vice-présidente Julie Wagner. Les parents ont déjà une voix et on veut centraliser le pouvoir aux mains d'un ministre qui change tous les 18 mois. Les enfants ont besoin de stabilité.»

«En quoi est-ce négatif d'augmenter le nombre de parents au conseil scolaire et de leur donner le droit de vote», a demandé le ministre. «Parce que ce droit s'accompagne de l'interdiction d'être dans la structure parentale, par exemple les conseils d'établissement, où ils apprennent des choses. On les déconnecte de la structure parentale», a plaidé Julie Wagner.

Le comité de parents réclame le maintien des élus scolaires et de solidifier leur légitimité en jumelant les élections scolaires et municipales.

Première à être entendue, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a elle aussi demandé que les élections scolaires se tiennent en même temps que les élections municipales, ce qui permettrait d'augmenter la participation au vote. «Les municipalités s'opposent de façon véhémente à ça. Vous nous demandez d'imposer ce choix», a questionné le ministre Moreau.

Selon la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, il est faux de prétendre que la disparition des élus scolaires améliorera la réussite scolaire. «On ne peut pas être contre le rapprochement des parents des lieux de décision», a rétorqué le ministre. «Les 13 élus de la CSDM sont parents de 35 enfants», a plaidé la présidente.

Cesser d'improviser

Pour sa part, le chercheur en éducation Égide Royer est venu dire que le projet de loi 86 n'apporte rien pouvant favoriser la réussite scolaire. «Nous devons cesser d'improviser en éducation», a prévenu M. Royer. À son avis, la solution est de rendre la maternelle obligatoire pour tous les enfants de 4 ans. «C'est plus facile de construire un enfant fort que de réparer un adulte brisé», a prévenu M. Royer.

Par ailleurs, Pierre Moreau n'écarte pas que l'adoption de la réforme doive attendre à l'automne. «L'objectif n'est pas de savoir à quelle date le projet de loi sera adopté. L'objectif est d'avoir le meilleur projet de loi possible», a dit M. Moreau qui reprenait du service après une absence de deux semaines en raison de la maladie.

La commission parlementaire qui étudie le projet de loi 86 a commencé avec deux semaines de retard. Les auditions qui avaient été prévues pour mercredi 17 février ont été annulées et la reprise est prévue pour jeudi.

Le ministre Moreau a souligné que beaucoup de groupes souhaitent être entendus et s’est montré disposé à entendre ceux qui demanderont à s'ajouter. L'intention initiale du gouvernement était d'adopter le projet de loi 86 avant la fin de la session parlementaire de l'hiver et du printemps 2016.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.