/news/politics
Navigation

Dans le passé, le nouveau ministre de l'Éducation voulait abolir les commissions scolaires

Dans le passé, le nouveau ministre de l'Éducation voulait abolir les commissions scolaires
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Nouvellement nommé ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx risque de faire face à certains fantômes du passé, du temps où il était porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation et où il prônait, à l’image de son parti, l’Action démocratique du Québec, l’abolition des commissions scolaires.

Voici quelques unes de ses déclarations au sujet des commissions scolaires

1) «L’abolition des commission scolaires amènerait une plus grande marge de manœuvre pour investir dans les écoles. En enlevant un pallier interne, cela redonnerait du pouvoir aux écoles. Il y a déjà plusieurs municipalités prêtes à prendre le relais de l’administration des écoles» -Hebdo Rive-Nord, 4 octobre 2008

2) «Les gens les plus fortement en faveur de l’abolition des commissions scolaires sont ceux qui travaillent dans ce milieu» -Hebdo Rive-Nord, 4 octobre 2008

Dans le passé, le nouveau ministre de l'Éducation voulait abolir les commissions scolaires
SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC/A

3) Pour l'Action démocratique du Québec, qui réclame l'abolition des commissions scolaires, les dépenses des élus scolaires sont une autre démonstration que l'argent n'est pas investi à la bonne place. «Le système est là pour qu'ils en profitent et ils en profitent au maximum.» -Journal de Montréal, 30 juin 2008

4) «La raison pour laquelle on n'arrive pas à cette unanimité-là, M. le Président, bien entendu, nous avions une position de départ et nous la maintenons aujourd'hui: nous ne sommes pas en faveur d'une réfection du modèle des commissions scolaires ou de leur administration, nous sommes pour leur abolition.» -Extrait du Journal des débats de l'Assemblée nationale du 22 octobre 2008

periode des questions
Dans le passé, le nouveau ministre de l'Éducation voulait abolir les commissions scolaires
Simon Clark/Agence QMI

5) L'Action démocratique du Québec maintient le cap sur l'abolition des commissions scolaires. Selon le parti politique, seule une plus grande autonomie des profs et des écoles peut assurer une plus grande réussite des élèves.«Les établissements scolaires veulent faire des projets, mais souvent ils ne sont pas capables d'avoir du financement. Il faut leur donner plus de responsabilités», affirme Sébastien Proulx, porte-parole de l'ADQ en matière d'éducation.Ce dernier s'inquiète par ailleurs de constater de si grands écarts dans les taux de réussite entre les commissions scolaires. «J'ose espérer qu'elles prennent conscience de ça parce que c'est inquiétant», dit-il.-Journal de Montréal 23 octobre 2008

6) «Je terminerais en disant, M. le Président, que vous ne m'avez surtout pas... en tout cas vous n'avez pas changé mon idée que la légitimité du président de la commission scolaire, surtout quand vous l'avez presque ramené à un rôle de porte-parole, parce que vous avez dit qu'il agit comme tel puis qu'il n'a pas à jouer dans les opérations, vous ne m'avez pas donné d'argument pour penser autrement que ce que je pensais avec la formation politique que je défends aujourd'hui, ça, c'est clair.» -Commission de l’éducation, 27 mai 2008

Dans le passé, le nouveau ministre de l'Éducation voulait abolir les commissions scolaires
Agence QMI / Journal de QuÈbec

7) «La ministre a un objectif très clair, elle veut reprendre mainmise sur les commissions scolaires en partie, elle veut en ajouter sur la bureaucratie mais vers le haut plutôt que vers le bas, et ça, c'est contraire à ce que nous, on préconise.» -Téléjournal radio-canada, 27 mai 2008