/slsj
Navigation

Effort insuffisant des Sags à Rimouski

Les Chicoutimiens devront patienter avant de confirmer leur place en séries

Le gardien de l'Océanic, Louis-Philip Guindon, réalise un bel arrêt de la mitaine alors que l'attaquant des Sags, Nicolas Roy, se préparait à récupérer le retour de lancer.
Photo Olivier Therriault, agence qmi Le gardien de l'Océanic, Louis-Philip Guindon, réalise un bel arrêt de la mitaine alors que l'attaquant des Sags, Nicolas Roy, se préparait à récupérer le retour de lancer.

Coup d'oeil sur cet article

Comme quoi le travail n’est pas toujours garant de résultats dans la vie.

Les Saguenéens pouvaient en témoigner, mardi soir, après avoir subi un revers de 2 à 1 face à l’Océanic de Rimouski malgré un effort louable au Colisée Financière Sun Life.

Après une période, la formation chicoutimienne est retraitée au vestiaire avec un déficit de deux buts à la suite des réussites du Tchèque Nicolas Werbik – en désavantage numérique – et du capitaine Simon Bourque – en avantage numérique – inscrit avec seulement 7,5 secondes à faire à l’engagement.

Les Bleus ont réduit l’écart à un seul filet au début du deuxième vingt en s’inscrivant à la marque à l’occasion d’une supériorité numérique. Nicolas Roy a profité d’un beau jeu de passes orchestré par Jonathan Bourcier et Frédéric Allard pour enfiler son 38e de la campagne.

Les visiteurs ont tout tenté pour créer l’égalité par la suite, retirant Julio Billia en fin de partie à la faveur d’un sixième patineur, mais en vain.

«On a progressé à l’intérieur du match. On a été de mieux en mieux au fur et à mesure que le match a progressé. On a persévéré et on s’est donné une chance jusqu’à la fin. On a eu des chances», a analysé l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, en entrevue téléphonique après la rencontre, mentionnant au passage que le dernier affrontement de la saison contre la troupe bas-laurentienne n’a pas été différent des autres, alors que les deux rivaux de la division Est se sont livré une chaude lutte. Et encore une fois, les deux gardiens ont eu leur mot à dire. Billia a conclu la partie avec 38 arrêts, tandis que son vis-à-vis Louis-Philip Guindon a bloqué 32 lancers.

En vitesse

Nicolas Roy n’est pas seulement performant sur la patinoire, il l’est aussi sur les bancs d’école. D’où le fait qu’il ait été désigné, mardi, le finaliste des Saguenéens pour le trophée Marcel-Robert. Remis chaque année au joueur ayant combiné les meilleurs résultats sportifs et scolaires, cette distinction sera décernée, le 6 avril prochain, lors du Gala des rondelles d’Or.

Blessés, Keeenan MacIsaac (épaule) et Jake Smith (symptômes de commotion cérébrale) n’étaient pas en uniforme dans le camp chicoutimien. Même chose pour Marc-Antoine Massé et Marc-André Gauvreau, qui ont été laissés de côté.

Les Saguenéens reprendront l’entraînement sur glace jeudi afin de se préparer à recevoir la visite du Titan d’Acadie-Bathurst vendredi.