/news/politics
Navigation

Future centrale de police: Lévis choisit un emplacement «stratégique»

Future centrale de police: Lévis choisit un emplacement «stratégique»
Photo Taïeb Moalla

Coup d'oeil sur cet article

Opérationnelle en 2019, la future centrale de police de Lévis sera située sur un vaste terrain de 23 000 mètres carrés sur la 5e Rue, dans le secteur Saint-Romuald, tout près de l’autoroute 20.

Le terrain appartient d’ores et déjà à la municipalité. Le coût global du projet est de 20 à 25 millions $. «Ce terrain a été sélectionné pour sa position stratégique. [Il] permettra d’accroître l’efficience et la coordination au sein des équipes de policiers et d’enquêteurs, a affirmé Gilles Lehouillier mercredi matin.

Situé près de l’autoroute 20, en dehors des secteurs résidentiels, ce site constitue un atout pour les policiers qui pourront bénéficier de plusieurs axes routiers pour répondre aux appels d’urgence.»

Les futurs locaux remplaceront les deux actuelles centrales de police jugées désuètes et situées à l’est et à l’ouest de la ville. Ils doivent regrouper 188 policiers et enquêteurs, 25 employés civils et 26 employés de la Direction des affaires juridiques et de la cour municipale. Les travaux débuteront entre le printemps 2017 et le printemps 2018. La centrale de police serait inaugurée en 2019.

La firme d’architectes Anne Carrier réalisera un programme fonctionnel et technique pour établir les coûts précis du projet. Les appels d’offres publics pour les plans et devis seront publiés en mai prochain.

Yves Després, directeur par intérim du Service de police, s’est félicité de l’annonce. «Grande nouvelle. On va continuer à faire en sorte que ce projet soit rentable pour la population», a-t-il assuré.

Un palais de justice ?

D’autre part, le maire Lehouillier a dit souhaiter que sa ville soit dotée d’un palais de justice. «Toutes les grandes villes ont un palais de justice, mais pas Lévis», a-t-il regretté.

Selon ce dernier, un tel ajout permettrait d’offrir davantage de services de proximité aux Lévisiens et de faire gagner du temps de déplacement aux policiers qui doivent actuellement se déplacer à Québec. Aussi, ceci désengorgerait le palais de justice de Québec.

Aucune demande formelle n’a été adressée pour le moment au ministère de la Justice à ce sujet. Mais le contexte du futur projet de loi accordant davantage d’autonomie aux municipalités est propice à de telles requêtes, estime Gilles Lehouillier.

Même si la cour municipale de Lévis a pu étendre ses pouvoirs en 2013 en traitant notamment les causes de vol qualifié, le maire a plaidé que ceci demeurait insuffisant.