/news/politics
Navigation

Indemnité de départ de 82 000 $ pour un haut fonctionnaire remercié

Parlement de Québec, assemblée nationale
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard devra payer une indemnité de départ de 82 000 $ à un haut fonctionnaire nommé par Pauline Marois qui vient d’être remercié.

Vice-président de la Société d’habitation du Québec de 2012 à 2015, Jean-François Arteau s’ajoute à la liste des mandarins de l’État associés au Parti québécois éjectés par les libéraux. L’an dernier, il avait été «affecté» au Secrétariat aux affaires autochtones.

Puisqu’il est dégommé de ses fonctions plus d’un an avant la fin de son mandat, Me Arteau a droit à une allocation de départ de 82 000 $. «Le mandat de M. Arteau a été résilié parce que ses services n’étaient plus requis», s’est limitée à commenter la porte-parole du Conseil exécutif, le ministère du premier ministre.

M. Arteau a subi le même sort que Nicolas Girard, ex-député péquiste et ancien président-directeur général de l’Agence métropolitaine de transport. Limogé en août dernier, M. Girard a eu droit à une indemnité de départ de plus de 90 000 $ puisqu’il n’avait pas terminé son mandat à la tête de l’AMT.

Cadres prêtés

Outre les indemnités de départ occasionnées par les congédiements hâtifs, le gouvernement débourse chaque année des sommes importantes en salaire pour des hauts fonctionnaires dont il n’a plus besoin.

Selon une compilation effectuée par La Presse, le Conseil exécutif débourse chaque année deux millions de dollars pour rémunérer des cadres supérieurs prêtés à d’autres organismes.

Talonné par la CAQ, le ministre Jean-Marc Fournier a défendu mercredi les règles qui régissent les emplois supérieurs dans la fonction publique québécoise. «Les gens qui travaillent pour le service public ont le droit d’avoir une rémunération et un encadrement qui le permet, a-t-il dit. L’État respecte ses contrats».

Pour le député caquiste Éric Caire, cette situation démontre que bons nombres de nominations sont partisanes.

Il n’a pas manqué de rappeler les récentes nominations de Georges Farrah et Pietro Perrino, deux libéraux notoires qui ont reçu une permanence dans la haute fonction publique, alors qu’ils occupaient déjà leur poste sur la base de contrats qui ne venaient pas à échéance avant plusieurs mois.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions