/news/currentevents
Navigation

Lise Thibault veut utiliser l’argent de sa Fondation pour régler le litige civil

Lise Thibault veut utiliser l’argent de sa Fondation pour régler le litige civil
Photo Journal de Québec, Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

Si l’argent de la Fondation Lise-Thibault ne peut payer les 300 000 $ réclamés à la suite du procès criminel, l’ex-lieutenante-gouverneure tentera d’y avoir accès pour régler une partie des 92 000 $ exigés au civil.

Le gouvernement du Québec poursuit actuellement Lise Thibault au civil pour obtenir le remboursement de dépenses injustifiées. Parmi les frais ciblés se trouve un montant de près de 60 000 $ en salaires. Ces derniers ont été versés pour opérer la Fondation Lise-Thibault, mais payés à même le budget de fonctionnement de la lieutenante-gouverneure.

Pour le conjoint de Lise Thibault, cette portion pourrait être acquittée par le fonds, qui contient quelque 272 000 $. Réal Cloutier affirme que l’organisme de charité a «payé pendant 10 ans les factures» concernant ses activités, dont la formation des moniteurs de ski assis, leurs repas ou leurs transports.

«C’est la seule affaire qu’on veut qu’ils paient. Le restant de l’argent de la Fondation, Mme Thibault va le donner, ça, c’est sûr. Mais pas à ceux qui la traitent de criminelle depuis 10 ans», peste-t-il.

Éventuel recours

M. Cloutier espère pouvoir débattre de la question devant un juge, lors d’une éventuelle conférence de gestion à l’amiable, qu’il souhaite obtenir. L’avocat de Lise Thibault, Me Marc Delisle, étudie aussi la possibilité de prendre un recours contre Québec Philanthrope, qui gère le fonds Lise-Thibault, pour accéder aux sommes. Quel montant sera ciblé? «On n’est pas rendus là», a-t-il dit.

L’exercice serait toutefois vain, selon Margaret F. Delisle, présidente du CA de Québec Philanthrope. Le fonds ne peut servir ni à payer les 300 000 $ réclamés à la suite de la condamnation pour fraude et abus de confiance, ni les 92 000$ inscrits dans la procédure civile, plaide-t-elle.

«Il faut que l’argent soit distribué en fonction de la mission et des objectifs du fonds [...] Ce n’est pas parce que quelqu’un a travaillé pour la fondation de Mme Thibault qu’il faut que l’on rembourse le salaire. Et on ne peut pas prendre l’argent rétroactivement. Nous, on donne à des organismes», martèle-t-elle.