/slsj
Navigation

Au grand bonheur des skieurs

Les précipitations des derniers jours font plaisir aux stations de ski

Les stations de ski se réjouissent des accumulations de neige des derniers jours.
Photo COURTOISIE FACEBOOK MONT-ÉDOUARD Les stations de ski se réjouissent des accumulations de neige des derniers jours.

Coup d'oeil sur cet article

Les dernières précipitations de neige, en pleine semaine de relâche, permettront peut-être aux stations de ski de la région de sauver leur saison qui s’annonçait pourtant désastreuse, en début d’hiver, alors que la neige se faisait attendre.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Alors que des centaines de Saguenéens et Jeannois peinent à déneiger leur cour, des dizaines ont pris d’assaut les montagnes de la région, transformées en paradis la poudreuse.

En décembre dernier, les stations de ski craignaient pourtant de devoir composer avec des pertes financières importantes puisque l’enneigement n’était «pas terrible». La plupart des centres de ski de la région ont ouvert officiellement leurs pistes le 1er janvier, avec près d’un mois de retard.

«Le début de la saison a été catastrophique, confirme Frédéric Perron, directeur du Mont-Bélu. On s’est bien rattrapé puisque le jour où nous sommes partis, on n’a pas arrêté. Nous avons maintenant des conditions idéales.»

DÉCALAGE

Les stations de ski ont l’impression de vivre un décalage important de la saison hivernale. Plus de 100 centimètres sont d’ailleurs tombés dans la dernière semaine sur les pentes de la région, à temps pour les vacances hivernales.

«Habituellement, nous avons des conditions parfaites en février. Cette année, on dirait bien que c’est le mois de mars qui sera parfait. C’est impeccable partout, nous avons la montagne à son meilleur directement dans la semaine de relâche», se réjouit Stéphane Leblond, porte-parole du Valinouët.

De son côté, le Mont-Édouard a déjà enregistré une augmentation d’achalandage de 35 %.

«On bat des records, c’est magique. Nous avons une saison parfaite. Il y a des gens de partout au Québec qui viennent profiter de nos belles conditions. C’est le paradis de la poudreuse avec nos cinq mètres accumulés», mentionne Claude Boudreault, directeur général du Mont-Édouard.

Un manque d’hébergement a même été remarqué, au Bas-Saguenay, avec la présence plus importante de touristes hivernaux.

SKI DE PRINTEMPS

Tous ont très hâte de pouvoir profiter du ski de printemps qui risque, s’il n’y a pas de changements draconiens, d’être «exceptionnel».

«Le ski de printemps risque d’être parfait. Nous avons déjà 506 centimètres reçus, on pourrait même avoir un prolongement de la saison, avec d’excellentes conditions de glisse», souligne M. Leblond.