/news/currentevents
Navigation

Lise Thibault a quitté Québec

À Laval, Mme Thibault devra vraisemblablement se soumettre à un autre processus d'admission «lourd et compliqué» selon M. Cloutier.
Photo Journal de Québec, Didier Debusschère À Laval, Mme Thibault devra vraisemblablement se soumettre à un autre processus d'admission «lourd et compliqué» selon M. Cloutier.

Coup d'oeil sur cet article

Détenue depuis une semaine, Lise Thibault a quitté Québec jeudi vers l'Établissement de détention Leclerc, à Laval.

Joint à son domicile de Saint-Hippolyte, dans les Laurentides, son conjoint a confirmé qu'elle avait obtenu son transfert. Prisonnière à Québec, Lise Thibault avait engagé des procédures pour purger sa peine dans un établissement carcéral de Montréal.

«Je sais qu'elle a quitté Québec parce qu'elle a eu la permission de m'appeler avant. Ça ne l'aurait pas dérangé de rester à Québec parce qu'elle était bien avec le groupe avec lequel elle était. Même le groupe était déçu qu'elle parte. C'est une femme qui fait plus de bien autour d'elle que de mal», a affirmé Réal Cloutier, qui parle d'une troisième période d'adaptation.

En attente

Ce dernier explique que Lise Thibault ignorait 24 heures plus tôt que le déplacement aurait lieu aujourd'hui.

«On s'est parlé hier et elle non plus ne le savait pas que ça se passait aujourd'hui. À Leclerc, j'attends des nouvelles. Peut-être qu'elle va pouvoir m'appeler en soirée. C'est le milieu carcéral qui est le patron. Je suis aussi fébrile que la première fois qu'elle est rentrée en prison», a-t-il ajouté.

À Laval, Mme Thibault devra vraisemblablement se soumettre à un autre processus d'admission «lourd et compliqué», selon M. Cloutier.

Sa santé

«Par prévention, j'avais préparé un dossier médical assez étoffé. Mme Thibault a des rendez-vous très importants. Ça va faire moins long, 60 minutes au lieu de trois heures. Dans le moment, mon rôle le plus important est de rassurer sa famille.»

Coupable de fraude et d’abus de confiance envers deux niveaux de gouvernement, l’ex-lieutenante-gouverneure âgée de 76 ans purgera les 18 mois de détention ferme, imposés en première instance et réitérés en Cour d’appel. Pas question d’aller en Cour suprême.

La Cour d’appel a estimé que Mme Thibault, qui se déplace en fauteuil roulant, n’était ni trop vieille ni trop malade pour purger sa peine en prison.