/news/transports
Navigation

Un centre de prédédouanement ne suscite pas l’enthousiasme

Les transporteurs interrogés par Le Journal sont plutôt tièdes à l’idée

Air Canada a discuté du plan d’agrandissement de 300 millions $ à l’aéroport de Québec, en 2018, mais la teneur des discussions reste confidentielle, selon une porte-parole.
photo d’archives, Jean-François desgagnés Air Canada a discuté du plan d’agrandissement de 300 millions $ à l’aéroport de Québec, en 2018, mais la teneur des discussions reste confidentielle, selon une porte-parole.

Coup d'oeil sur cet article

N’en déplaise à la communauté d’affaires de Québec qui réclame depuis des années un centre de prédédouanement américain à l’aéroport Jean-Lesage, plusieurs compagnies aériennes ne montrent aucun enthousiasme.

Le Journal a sondé toutes les compagnies aériennes présentes à Québec et trois d’entre elles, même si elles vont aux États-Unis à partir d’autres villes, ne sont pas intéressées, pour l’instant, à offrir davantage de vols entre Québec et les États-Unis.

La compagnie Porter n’a «pas de plan dans l’immédiat» pour offrir de nouveaux vols transfrontaliers à partir de Québec, préférant concentrer ses opérations à l’aéroport Billy-Bishop de Toronto, qui demande aussi un centre de prédédouanement.

Air Transat va aussi passer son tour, affirme la porte-parole Debbie Cabana. Au lieu d’ajouter des vols directs, Air Transat préfère miser sur les vols par correspondance à Montréal et va augmenter son offre cet été (voir encadré).

WestJet n’a pas non plus de plan dans ce sens, indique la porte-parole Lauren Stewart. Elle explique que les coûts d’utilisation de ces installations sont élevés et que «l’aéroport international Jean-Lesage est déjà notre aéroport canadien le plus coûteux sur la base du coût par passager» (voir autre texte).

Air Canada a discuté du plan d’agrandissement de 300 millions $ qui pourrait inclure un centre de prédédouanement, à l’aéroport de Québec, en 2018, mais la teneur des discussions reste confidentielle, a répliqué la porte-parole Isabelle Arthur.

Les compagnies United et American, déjà présentes à Québec, n’ont offert qu’une réponse vague. Delta n’a pas répondu au Journal.

Le moins de vols

Gaëtan Gagné, PDG, aéroport Jean-Lesage
Photo d'archives
Gaëtan Gagné, PDG, aéroport Jean-Lesage

Comparativement à Halifax, Ottawa et Winnipeg, d’autres villes canadiennes de taille semblable, l’aéroport de Québec est celui qui offre le moins de vols réguliers vers les États-Unis.

Un centre de prédédouanement américain pourrait régler le problème. Cela permettrait aux voyageurs de passer aux douanes américaines à Québec et de débarquer aux États-Unis comme dans un vol local. Les compagnies aériennes en raffolent et l’expérience des autres villes canadiennes a montré que le nombre de liaisons et de passagers augmente après la construction d’un centre de prédédouanement.

Mais c’est à condition que les compagnies aériennes embarquent dans l’aventure. Est-il inquiétant que trois firmes canadiennes disent déjà «non merci»? «Pas du tout», répond le porte-parole de l’aéroport Jean-Lesage, Mathieu Claise.

L’aéroport vise surtout les compagnies américaines et les transporteurs à bas prix. Mais il n’y a encore eu aucune discussion avec ces firmes. «Les négociations ne peuvent pas commencer tant qu’on n’a pas un oui.»

Dossier complexe

C’est un dossier complexe et à la fois pressant. Le Canada et les États-Unis ont signé un protocole d’entente sur les transports en 2015, mais ce dernier doit encore être ratifié. C’est seulement à cette étape que le centre de prédédouanement pourrait être accordé à Québec.

«On souhaite que ça se fasse avant le déclenchement des élections américaines. Ça nous permettrait de sauver un an de discussions. Mais j’ai bon espoir», a déclaré le PDG de l’aéroport, Gaëtan Gagné.

– Avec la collaboration de Stéphanie Martin

 

Frais

Mise en garde de WestJet

La porte-parole de WestJet Lauren Stewart a servi un avertissement à l’aéroport de Québec: «Ce serait très préoccupant si l’administration aéroportuaire augmentait ses frais à la suite de son investissement», a-t-elle dit.

Mais WestJet n’est pas très présente à Québec, avec un vol quotidien pour Toronto et un vol par semaine pour Fort Lauderdale. «S’ils créent une offre pour Québec et qu’ils mettent une fréquence, il y aura plus de passagers et, donc, les coûts vont diminuer», a répondu le porte-parole de l’aéroport, Mathieu Claise.

Son patron Gaëtan Gagné, PDG de l’aéroport, a indiqué jeudi, lors de la présentation du bilan annuel, que «tant que l’augmentation du trafic est là, les frais n’augmenteront pas».

« Sommes colossales »

Si les frais sont tout de même élevés (33 $ par billet), c’est parce que l’aéroport, dit-il, a été longtemps «négligé» et qu’il a fallu investir «des sommes colossales». Mais le passager y trouve son compte, assure M. Gagné.

«En 1995, ça coûtait 1200 $ pour aller à Toronto. Et aujourd’hui, malgré tous ces frais dont on parle, on va à Toronto pour 300 à 400 $ aller-retour. Donc, plus il y a d’espace, plus il y a de la capacité dans un aéroport, meilleurs sont les prix, et c’est ce qui avantage les passagers.»

– Avec la collaboration de Stéphanie Martin

 

Plus de vols vers l’Europe... via Montréal

Air Transat ne prévoit pas offrir davantage de vols directs à Québec. Le transporteur mise plutôt sur les vols avec correspondance à Montréal. Depuis l’été dernier, pour un nombre limité de destinations européennes, l’avion d’Air Transat cueille des passagers à Québec, se rend à Montréal et repart pour l’Europe. Même principe au retour.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.