/opinion/columnists
Navigation

STAT, ou quand l’urgence devient humour

Coup d'oeil sur cet article

«Vous autres, vous pouvez devenir les Simpsons de la santé», se sont exclamés des connaisseurs en regardant le travail du médecin spécialiste François Paquet et de l’infirmier Yves Lessard, qui s’apprêtent à voir leurs bandes dessinées STAT adaptées en série d’animation chez Frima.

Entre deux urgences et quelques vies sauvées à l’Hôtel-Dieu de Lévis, le Dr Paquet, passionné de bandes dessinées, rêvait depuis des années de publier un livre dans lequel il pourrait raconter la vie et le travail dans un service d’urgence.

Des anecdotes rocambolesques, il en vivait tous les jours dans son milieu de travail, incroyable pépinière d’idées. Mais il manquait toujours un bon illustrateur pour leur donner vie. Le hasard aura voulu qu’un midi, à la cafétéria de l’hôpital, son attention soit captée par les dessins que griffonnait son collègue Yves Lessard, ex-caricaturiste-éditorialiste au Ottawa Citizen.

«Je lui ai parlé de mon idée, raconte le Dr Paquet, on a fait une petite rencontre et cinq minutes après, on avait déjà tous les personnages.» Ainsi étaient nés Mike, le chef de l’urgence, The Tank, l’infirmier pilier, Florence, l’infirmière dévouée, sans oublier Monsieur Tremblay, le patient qu’on aime détester.

Héros

Les héros ont ensuite pris vie dans la bande dessinée sur les urgences STAT, qui compte deux numéros publiés et un troisième, Code bleu, qui paraîtra bientôt et que les deux compères espèrent voir distribué aussi en Europe. Le talent d’An­dré Gagnon, coloriste et ancien rédacteur en chef du magazine Safarir, a également été mis à contribution.

Des extraits de STAT se retrouvent depuis dans diverses publications du milieu de la santé: Fédération des médecins du Québec, Ordres des infirmières du Québec et de l’Alberta, Association des médecins d’urgence du Québec et de France, et autres. Ils ont par ailleurs produit un dépliant pour les enfants, Loulou et Guéritou, qui circule dans les ambulances et quelques urgences dans le but de rassurer les petits et de démythifier le milieu.

Chance inespérée

Puis une chance inespérée est survenue lorsque Frima et les Productions Glacier se sont montrés inté­ressés, il y a un an et demi, à développer un projet d’animation à partir de STAT. La série sera réalisée en français et en anglais. Il ne reste plus qu’à fixer une date de diffusion.

«Avec le look, on va se démarquer», se réjouit M. Lessard, ajoutant que les gens de Frima, qui sont très professionnels, sont même venus à l’urgence de l’Hôtel-Dieu pour s’imprégner des lieux. C’est une belle fierté de penser que tout ça est fait à Québec.»

Les deux hommes ont l’habitude de bouger rapidement. Aussi, quand ils sont en phase de création, tout ce qu’ils peuvent produire en 15 minutes relève du défi. «On est comme des hybrides», note M. Lessard, soulignant que tous deux ont des familles et des horaires de fous, parfois de nuit, ce qui impose de maximiser chaque minute pour plancher sur de nouvelles histoires.

Le projet, en plus de stimuler ces deux passionnés, s’impose également en exutoire. On s’en doute, au-delà des anecdotes décapantes qui s’y déroulent, les urgences représentent avant tout un endroit où se côtoient d’innombrables drames humains.

«L’humour médical, observe M. Paquet, c’est une belle façon d’aborder les gens dans un grand nombre de situations difficiles.»

Et, croyez-moi, à les écou­ter raconter quelques faits vécus, des histoires abracadabrantes et drôles, les salles d’urgence en regorgent.