/world/usa
Navigation

Elle avait « l’étoffe » d’une présidente

Nancy, l’épouse de l’ancien président Ronald Reagan, décède à 94 ans d’une insuffisance cardiaque

Coup d'oeil sur cet article

L’ancienne première dame des États-Unis, Nancy Reagan, qui s’est éteinte hier, était si à l’aise en politique qu’elle aurait pu devenir présidente comme son mari, selon un expert en politique américaine.

«Elle avait l’étoffe», a estimé Donald Cuccioletta, professeur et auteur du livre Où vont les États-Unis?

Nancy Reagan est décédée à 94 ans d’une insuffisance cardiaque chez elle, à Los Angeles. «Nancy est là où elle a toujours voulu être, avec son Ronnie... Maintenant elle est en paix», a écrit son beau-fils Michael Reagan sur Twitter.

Pour Donald Cuccioletta, Nancy Reagan avait une qualité essentielle pour devenir chef d’État: le pragmatisme.

«Sur plusieurs causes comme la drogue ou la maladie d’Alzheimer, elle a rassemblé tous les Américains».

Cet art du consensus fait cruellement défaut aux élus actuels, selon lui.

Cuccioletta a toujours vu en Nancy Reagan et son mari un couple politique avant tout, même s’ils savaient aussi jouer avec les caméras et le glamour.

«Ils étaient bien plus proches des Clinton que des Kennedy», a-t-il souligné.

Histoire d’amour

Sauf que leur relation n’a jamais souffert du moindre accroc en public.

«Ils étaient profondément amoureux, ils l’ont été toute leur vie», a résumé Rafael Jacob, chercheur associé à l’Observatoire sur les États-Unis, à Montréal.

Cette histoire d’amour «authentique» a contribué à faire des Reagan «un couple adoré par les Américains».

C’est sur un plateau de tournage que ces deux acteurs de série B se sont rencontrés en 1951. Nancy Reagan, née Anne Frances Robbins à New York le 6 juillet 1921, s’est mariée au futur président un an plus tard. Leur union a duré 52 ans jusqu’en 2004 à la mort de Ronald Reagan, qui souffrait de la maladie d’Alzheimer.

Femme d’influence

Durant la présidence de son époux, de 1981 à 1989, elle a farouchement surveillé son entourage, surtout après la tentative d’assassinat du 30 mars 1981.

Des experts ont avancé que la dame au caractère bien trempé a joué un rôle dans l’éviction de conseillers qu’elle jugeait incompétents ou dans les efforts pour obtenir un accord nucléaire avec l’URSS en pleine guerre froide.

Comme première dame, elle est devenue la figure la plus visible de la campagne antidrogue «Just say no». Et quand la maladie d’Alzheimer a frappé son mari, elle a offert son nom et son image pour aider la recherche.

– Avec Reuters, AFP

Ce qu’ils ont dit...

 

Photo AFP
 
« Elle a redéfini le rôle de la première dame. [...] Elle est devenue la voix de millions de familles qui traversent l’épuisante et douloureuse réalité qu’est l’Alzheimer. »
 
– Barack Obama
 
Photo AFP
 
« Son influence à la Maison-Blanche était totale. Quand nous sommes arrivés, nous avons bénéficié de son travail pour rendre belles ces pièces chargées d’histoire. »
 
– George W. Bush
 
Photo REUTERS
 
« Sa force de caractère était légendaire, en particulier quand elle a été testée par la tentative d’assassinat de son mari et sa bataille avec l’Alzheimer. »
 
– Bill Clinton
 
Photo REUTERS
 
« Le dévouement de Nancy Reagan à notre pays n’avait d’égal que celui qu’elle portait à son mari. C’est l’une des grandes histoires d’amour de notre pays. »
 
– Jimmy Carter