/slsj
Navigation

La Ville mise sur la transparence

Jean-Yves Provencher, Conseil du trésor
Photo courtoisie Jean-Yves Provencher, Conseil du trésor

Coup d'oeil sur cet article

Le président du Conseil du trésor de Saguenay s’engage à révéler «les chiffres véritables» de la dette, d’ici la fin de son mandat. Il surveillera également tous les propos concernant les finances de Saguenay pour cesser la «propagation d’informations incomplètes».

«Dans les prochains états financiers, je m’engage à faire toute la lumière sur la dette de la Ville, sur les cautions et les emprunts, tout ce que vous voudrez. Je vais faire un rapport complet», a lancé Jean-Yves Provencher, lors de la séance du conseil municipal lundi midi.

Le président du Conseil du trésor a également expliqué qu’il en a marre des chiffres qui circulent sur la place publique sans mise en contexte.

«C’est facile de lancer des chiffres, mais il faut mettre les explications qui vont avec», dénonce M. Provencher.

Il portera une attention particulière à toutes les informations financières d’ici la prochaine campagne électorale.

«D’ici à 2017, aussitôt qu’il y aura un chiffre pas correct, qui vienne de n’importe qui, c’est certain que je vais intervenir. Je veux que la population soit très bien renseignée et de façon adéquate», assure-t-il.

VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE

Le processus de nomination du vérificateur général de la Ville de Saguenay a également soulevé du mécontentement de la part de la conseillère Julie Dufour.

«Par soucis de transparence et d’équité», elle aimerait que la Ville effectue un appel de candidatures public pour cette nomination qui dure 7 ans.

Le maire n’est pas du même avis, il considère que l’exécutif a un «très bon jugement» et qu’il n’est «pas nécessaire» de procéder a un processus public.

Le comité exécutif a choisi le candidat qui sera présenté lors du prochain conseil municipal, le 4 avril prochain.

«Vous devrez juger cette proposition, il y en a qui vont voter pour et d’autres qui vont voter contre. [...] S’il n’est pas nommé au deux tiers, on y retournera, ce n’est pas la fin du monde», affirme Jean Tremblay.

Julie Dufour lui a toutefois rappelé son intention de connaître les critères qui mènent au choix du successeur de Rina Zampieri.

«La question c’est de savoir si nous avons la meilleure personne. Ça prend des critères pour déterminer ça», conclut-elle.