/sports/others
Navigation

Faux départ pour le Rouge et Or volleyball

Coup d'oeil sur cet article

Après un seul match au championnat canadien universitaire de volleyball, les chances de médailles du Rouge et Or masculin sont déjà anéanties.

Les Lavallois, champions québécois pour une 11e année de suite, se sont inclinés par 3 à 0 (25-15, 25-19, 25-19) contre les Golden Bears de l’Alberta, champions canadiens lors des deux dernières saisons et trois fois depuis 2010.

«On savait que ce ne serait pas un match facile. L’Alberta a chuté en finale de sa conférence et était «semée» sixième du tournoi, mais c’est toute une machine! Le même noyau que lors de la dernière année demeurait à peu près en place. Il fallait être lucide», a expliqué le pilote du Rouge et Or, Pascal Clément, après la défaite.

Duel à sens unique

S’il acceptait le verdict, l’entraîneur-chef comprenait mal pourquoi ses troupiers s’étaient montrés si peu compétitifs. Mis à part une séquence en deuxième manche où les Lavallois étaient au coude à coude avec leurs rivaux (17-17), le duel s’est plutôt déroulé à sens unique.

«Le but d’une telle compétition reste de se battre et à ce niveau-là, c’est décevant. De l’extérieur, je trouvais le rythme passablement lent, alors j’imagine bien que leurs joueurs l’ont constaté assez vite. On manquait de rythme et de variété. Dans un match comme celui-là, tes meilleurs joueurs doivent être les meilleurs et ça n’a pas été le cas», a-t-il analysé.

«On se devait d’être extrêmement agressif au service et c’est pourtant une phase du jeu où on ne les a vraiment pas déstabilisés. Notre jeu en réception était aussi chambranlant pas mal.»

L’attaquant Vicente Parraguirre Villalobos, élu joueur de l’année sur la scène québécoise, a été limité à sept attaques marquantes.

Pour l’expérience

Maintenant que le podium devient inaccessible, le Rouge et Or devra jouer pour son orgueil, tout en tentant d’obtenir, au mieux, la cinquième position. C’est donc un nouveau départ à compter de 13 h, aujourd’hui, face aux Rams de l’Université de Ryerson, classés septièmes du tournoi.

«On y va maintenant pour la fierté et l’expérience. La majorité des gars seront de retour l’an prochain, donc c’est important de passer outre le facteur intimidation et d’apprendre. On doit aussi se faire plaisir dans tout ça», a indiqué Clément.