/news/politics
Navigation

10M$ pour que les aînés s’épanouissent

Ces projets permettront aux aînés de «vieillir chez-eux, en action et dans leur communauté», a précisé lundi après-midi la ministre Francine Charbonneau.
Photo Katherine Boisvert Ces projets permettront aux aînés de «vieillir chez-eux, en action et dans leur communauté», a précisé lundi après-midi la ministre Francine Charbonneau.

Coup d'oeil sur cet article

Québec investit près de 10 M$ sur trois ans dans des projets destinés à favoriser l’épanouissement des aînés dans la société.

«Ce 10 M$ à quelques dollars près va faire en sorte que les organismes vont faire bouger le Québec, et va faire en sorte qu’on puisse se vanter que vieillir au Québec ce n’est pas une tare, c’est une volonté qu’on a», a précisé lundi après-midi la ministre responsable des Aînés, Francine Charbonneau.

Ces projets permettront aux aînés de «vieillir chez-eux, en action et dans leur communauté», a ajouté la ministre Charbonneau.

La somme investie dans le cadre du programme Québec ami des aînés sera répartie à dans 81 projets dans les différentes régions du Québec.

Huit organismes de Laval se partageront une somme de 800 000$. Certains projets permettront aux aînés de faire des choix éclairés pour se loger, de mieux connaître les services et programmes gouvernementaux, de demeurer actif, de demeurer sur le marché du travail ou encore de s’intéresser à la culture.

Recherche d’emploi

Parmi les huit projets de Laval, notons celui de l’Association Midi-Quarante qui offre de l’accompagnement aux travailleurs 45 à 60 ans en recherche d'emploi.

«L'arrivée massive des baby-boomers à l'âge de la retraite bouleverse tous les paradigmes, force tous les services qui leur sont dédiés à se redéfinir et disproportionne les paramètres économiques», a dit le directeur-général de l’Association Midi-Quarante, André Hétu. Ce dernier affirme être de plus en plus sollicité par des gens de 45 à 60 ans qui ont perdu leur emploi et qui souhaite demeurer sur le marché du travail. L’aide de Québec lui permettra de mieux répondre à la demande.

Des réactions mitigées

Le directeur général du Réseau FADOQ, Danis Prud’homme, voit de bon œil cet investissement de 10 M$ mais demeure prudent. «C’est bien mais il ne faut pas se mettre la tête dans le sable et penser que ça va régler tous les problèmes reliés au vieillissement de la population. Ce n’est qu’un petit morceau», estime-t-il. Il rappelle que les coupures dans le système de santé met en péril le vieillissement de la population et rappelle l’urgence d’avoir accès à davantage de logements à prix abordables.

Le vice-président de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (ADQR), Pierre Lynch, se dit également mitigé face à cette annonce. «C’est une bonne nouvelle, mais 10 M$ en trois ans, répartis sur 81 projets, ce n’est pas beaucoup d’argent. J’espère que le gouvernement va accélérer le processus et poursuivre ses investissements, car on a vivement besoin d’argent.»

La population aînée représente 16% de la population du Québec, rappelle M. Lynch.