/news/politics
Navigation

Trois ex-députés du NPD de la région de Québec en réflexion sur le sort de Mulcair

Canada's New Democratic Party leader Tom Mulcair gives his concession speech after Canada's federal election in Montreal
REUTERS Le chef du NPD, Tom Mulcair.

Coup d'oeil sur cet article

Au moins trois anciens députés du NPD de la région de Québec, dont Élaine Michaud, se questionnent sur l’avenir de Thomas Mulcair comme chef du parti.

L’ex-élue de Portneuf-Jacques-Cartier est parmi les signataires d’une lettre publiée mardi dans Le Devoir, pour la plupart des militants et membres d’associations de circonscriptions, qui se disent «troublés de voir que le parti a oublié sa raison d’être et les valeurs qu’il a toujours incarnées».

Réflexions

M. Mulcair sera soumis à un vote de confiance des militants lors d’un congrès du NPD en avril à Edmonton. Si Mme Michaud se dit toujours en réflexion sur son sort, elle ne croit pas qu’un simple changement de chef réglerait tous les problèmes.

Renouvellement

«La question du leadership c’est un élément, mais je pense que le renouveau du parti ça passe par d’autres éléments, dont le renouvellement des instances internes, la place qu’on laisse aux membres pour s’exprimer et participer au processus décisionnel, la transparence de la communication, a-t-elle souligné.

Il y a énormément de problématiques alors il faut réfléchir au-delà de la simple question de leadership», a-t-elle ajouté.

L’ex-député de Beauport-Limoilou, Raymond Côté, se dit aussi en accord avec le contenu de la lettre.

Il n’accorde pas d’emblée son appui à M. Mulcair.

«Oui, je suis en réflexion et puis je vais vous dire ce qui pèse dans la balance: c’est que Thomas a quand même fait une bonne campagne, mais au-delà de cela il y a quand même des décisions et orientations qui ont été prises», a-t-il fait valoir.

Image publique

L’anciendéputé de la circonscription de Montmorency–Charlevoix–Haute-Côte-Nord, Jonathan Tremblay, croit que les stratégies de communications internes et externes du parti doivent être améliorées.

Il ne se dit pas convaincu que M. Mulcair est l’homme de la situation pour reconstruire le parti.

«Je trouve que Thomas Mulcair a fait un bon travail, mais avec tout ce qui s’est passé, quelle image aura-t-il laissée dans l’opinion publique? [...] Est-ce que c’est l’homme pour poursuivre cette situation-là», a lancé l’ancien élu, Jonathan Tremblay.