/entertainment/radio
Navigation

Arrestation de Nathalie Normandeau : les réactions radio

Seance du conseil de la ville de Quebec
Daniel Mallard/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’arrestation de l’ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau a créé une véritable commotion au sein de la classe politique, mais aussi dans l’univers radiophonique de Québec, elle qui était animatrice au FM 93...

Voici les réactions des animateurs radio de Québec:

Sylvain Bouchard
Seance du conseil de la ville de Quebec
Agence QMI/Le Journal de QuÈbec

Sylvain Bouchard est le collègue de Nathalie Normandeau au FM 93. Il a dû faire l’annonce de son arrestation en ondes. Lorsque la nouvelle est tombée, il effectuait une entrevue avec le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau.

Son entourage a préféré le laisser terminer son entrevue avant de l’informer de l’arrestation de Mme Normandeau.  

«C’est évident qu’à partir de maintenant, on est dans une situation qui est vraiment, vraiment difficile. La pause a été trop longue je m’en excuse, mais ce n’était pas pour rien. Ç’a brassé dans le studio.»

«Je vais être franc du début à la fin. Je n’étais pas au courant. Si je l’avais su, je ne sais pas si j’aurais été capable de terminer l’entrevue avec monsieur Péladeau, mais on a décidé de ne pas m’en informer pendant l’entrevue pour la compléter. C’est fait. C’est terminé.»

«Au cours des dernières minutes, Nathalie a été arrêtée par les policiers. Juste de prononcer ces mots-là, ça me fait de quoi. Bon, alors on va reprendre le ton le plus neutre possible. On ne vous cachera pas qu’on est rempli de plein de sentiments et plein d’émotions bizarres.»

«Évidemment, tous les patrons sont entrés dans le studio [...] C’est une situation de crise. On est un peu en choc.»

«On est un peu mal placés. Ça devient difficile, mais on peut le faire. [...] C’est une nouvelle importante et même si ça nous touche [...] on va faire la job. On n’essaiera pas de protéger personne. On n’essaiera pas non plus d’en mettre plus qu’il faut. On ne tombera dans le jugement rapide.»

«C’est la surprise totale ici ce matin à tous les niveaux. [...] On est un peu consternés.»

Le FM93 a rapidement réagi. Sur la page web de l’émission Normandeau Duhaime, la photo de l’animatrice et ex-politicienne a été retirée. L’émission porte désormais le nom de Duhaime.

Stephan Dupont
Seance du conseil de la ville de Quebec
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Stephan Dupont a souvent parlé de façon humoristique de «sa relation» avec «sa bien-aimée» Nathalie Normandeau. Il s’amusait parfois à parler de ses rendez-vous avec elle, des petits mots d’amour qu’il lui écrivait, de fleurs et de bouteilles de vin qu’il lui envoyait. Il l’a d’ailleurs souvent invitée dans son émission alors qu’il était employé de CHOI Radio X.

Lors de son arrestation jeudi matin, l’animateur du matin à Énergie s’est moqué du FM 93, en rappelant que ce n’est pas la première fois que la station voit un de ses animateurs être arrêté. 

L’animateur a aussi comparé les stratagèmes de financement illégal au monde de la drogue.

«Est-ce que je suis tout seul à trouver que ça ressemble au monde de la drogue? [...] Le gars qui fait importer de la cocaïne au Canada, c’est jamais lui qui va la chercher avec son char. Il n’est jamais, jamais pogné lui.»

Selon lui, Nathalie Normandeau «était au mauvais endroit au mauvais moment.»

Richard Martineau
Seance du conseil de la ville de Quebec
Photo Le Journal de Québec, Pierre-Olivier Fortin

Le compétiteur direct de Normandeau-Duhaime, Richard Martineau, s’est pour sa part dit peu surpris de la tournure des événements.

«Le nom de Nathalie Normandeau apparaît 175 fois dans le rapport de la commission Charbonneau. Qui est surpris ce matin? Qui est surpris?»

L’animateur de Martineau à CHOI Radio X n’a pas manqué, lui aussi, d’écorcher le FM93 au passage. 

«Lorsque j’ai appris qu’une station de radio avait donné un micro à Nathalie Normandeau pour commenter l’actualité politique, j’en revenais juste pas. Je me suis dit : “Attendez, ils n’ont pas vu la commission Charbonneau ces gens-là? Y’ont-ils lu le rapport ?” [...] À moment donné, c’était sûr que ça allait leur péter dans face.»

 

Jonathan Trudeau
Seance du conseil de la ville de Quebec
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Jonathan Trudeau, le journaliste de l’émission Maurais Live à Radio X et chroniqueur au Journal, était visiblement sous le choc d’apprendre la nouvelle.

Celui qui fut l’attaché de presse de Mme Normandeau a tenu à s’exprimer quant à cette situation particulière en expliquant que son rôle, à l’époque, était strictement dédié aux stratégies de communication, à l’organisation de conférences de presse ainsi qu’aux relations médias de la politicienne.

«Je ne me cacherai pas de quoi que ce soit. Je suis transparent avec vous. Est-ce que je suis surpris ce matin? Oui. Est-ce que je suis sous le choc? Oui. Est-ce que j’éprouve un malaise? C’est certain.»

Il a affirmé ne jamais avoir eu connaissance de comportements illicites de la part de la ministre.

«Dans un cas où il y a des flings flang qui se font, ça ne se passe pas dehors au grand jour devant tout le monde.»

 

Éric Duhaime
Seance du conseil de la ville de Quebec
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Éric Duhaime, qui animait en compagnie de Nathalie Normandeau, a démarré son émission en qualifiant cette journée de «cauchemar». Le directeur de la programmation du FM 93, Pierre Martineau, a indiqué dans l'émission que Mme Normandeau est suspendue sans solde et qu'aucun autre commentaire n'allait être émis par la station.

«Je me suis fait réveiller de façon un peu brutale [...] je ne savais pas ce qui se passait, mais je savais que c’était très grave.»

«Je vis dans une espèce de cauchemar. [...] Ça fait remonter plein de choses à la surface. On se pose plein de questions quand des choses comme ça arrivent.»

«Je suis un être humain. Ça me désole. C’est sûr qu’aujourd’hui j’ai une tristesse par rapport à ça. Nathalie c’est devenu plus qu’une collègue au fil du temps.»

«C'est sûr que je vais suivre ce procès avec beaucoup d"intérêt.»

 

Jacques Dupuis
Seance du conseil de la ville de Quebec
SÉBASTIEN ST-JEAN/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

Dans le cadre de leur segment radio, Les deux côtés de la médaille, diffusé à BLVD 102,1, les deux ex-politiciens Jacques Dupuis et Yves-François Blanchet ont réagi à l’arrestation de Mme Normandeau.

«J’ai appris cette nouvelle-là il y a quelques minutes avant d’entrer en ondes. Je suis évidemment abasourdi. Je ne conterai pas d’histoires à personne, Nathalie Normandeau c’est une amie. [...] le seul commentaire que je ferais c’est que moi je suis un ex-criminaliste. J’ai pratiqué en droit criminel pendant plusieurs années. Je me suis fait le propagateur et le défenseur de la présomption d’innocence. J’ai eu quelques clients qui ont été arrêtés et qui ont été subséquemment acquittés. Je peux donc recommander le plus possible à tout le monde, même si je sais qu’il y aura beaucoup de commentaires, la prudence. Une arrestation ne veut pas dire une condamnation.»

«Le dommage d’une arrestation est évident. C’est clair. Même des gens qui sont subséquemment acquittés [...] souvent le dommage est fait et est irréparable. Moi c’est ce qui me fait de la peine ce matin.»

Yves-François Blanchet
Seance du conseil de la ville de Quebec
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

«Quand on pose un geste illégal, on est dans l’illégalité et on risque d’être assujetti à des poursuites à caractère criminel.»

«Ça va être très très gros et je ne soutiens pas la thèse que ça ne tombe pas par hasard ce matin, la même journée que le budget. Je pense que ça va manger plus le budget que le contraire. Or, le budget était le budget du retour à l’équilibre avec un début de recommencer à dépenser donc je ne crois pas à cette thèse-là, les deux affaires sont trop grosses.»

 

André Arthur
Seance du conseil de la ville de Quebec
DIDIER DEBUSSCHERE/AGENCE QMI

À son tour, l'animateur André Arthur a commenté l'arrestation de Nathalie Normandeau et la qualifie de «bonne nouvelle».

«Je l’aime bien. Quand on va écrire l’histoire politique du Québec, je ne pense pas que Nathalie Normandeau va être la pire. Je ne pense pas que Nathalie Normandeau sera la personne la plus facile à condamner. C’est évident que tu ne peux pas être libéral et propre. Ça, on a appris ça. Probablement que tu ne peux pas être péquiste et être propre non plus. Probablement que tu ne peux pas être en politique au Québec et être propre.»

 

Jeff Fillion
Seance du conseil de la ville de Quebec
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Pour sa part, Jeff Fillion croit que le FM 93 aurait dû attendre avant d'embaucher Nathalie Normandeau et allègue qu'il y a des «cowboys» au sein de cette station de Québec.

«Quand est arrivée l’embauche de Nathalie Normandeau, ce n’est rien de personnel contre elle, mais je me suis posé la question à ce moment-là et je l’avais même dit: “Cette dame-là n’est pas encore clean. Attendons qu’elle soit clean avant d’être engagée”. En plus qu’elle n’a rien à dire vraiment. Elle n’amène rien de nouveau. Elle ne brasse rien. [...] C’était seulement quelqu’un qui avec son nom et son look était capable d’attirer l’attention.»

 

Gilles Parent
Seance du conseil de la ville de Quebec
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

«C’est toute une tempête», a indiqué l’animateur Gilles Parent au début de son émission au FM 93. Malgré le deuil de cette nouvelle, M. Parent s'est montré soulagé de voir que le système judiciaire est réellement indépendant de la politique.

«De ce que j’ai entendu, ça n’a pas été la chose la plus agréable de sa vie [son arrestation]. Nous, on est tiraillés entre deux affaires. Nous on ne peut pas faire abstraction que c’est une collègue charmante et sympathique.»

«On trouve ça difficile que ce duo soit brisé et il ne sera pas raccommodé de sitôt.»

«Aujourd'hui les employés ont un deuil, celui de perdre une collègue que tout le monde aimait.»

 

Denis Gravel
Seance du conseil de la ville de Quebec

L'animateur du retour à Radio X s'est dit «content en tant que contribuable» de voir l'arrestation de Nathalie Normandeau.

«Comme on voit dans d’autres pays, j’aurais aimé voir des photos de Nathalie Normandeau avec les menottes au poignet pour envoyer un message clair. [...] Les images passent toujours des messages très forts. Personne ne veut des photos avec des menottes au poignet sur Facebook. Personne.»

«Il n’y a personne qui a le droit de dire qu’il est tombé sans connaissance quand il a appris ce matin que Nathalie Normandeau a été arrêtée. [...] On le savait tous que ça lui pendait au bout du nez.»

«Au Québec, on a grandi avec la quasi certitude que les politiciens sont intouchables. C’est un peu ça qui est tombé aujourd’hui. Ça m’impressionne. Ce temps-là est terminé.»