/news/politics
Navigation

Région de Québec : la promenade et un nouvel échangeur au menu

Le Plan québécois des infrastructures inclut plusieurs projets pour Québec

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC - Le gouvernement libéral a confirmé dans le budget Leitao, déposé jeudi, son intention d’investir dans la phase III de la Promenade Samuel-de-Champlain, dans un Institut nordique et dans un nouvel échangeur pour désengorger le trafic à Lévis sur l’autoroute 20.

Le gouvernement a inscrit ces trois projets au Plan québécois des infrastructures 2016-2026 dans la catégorie des projets de plus de 50 millions $ «mis à l’étude». Aucun budget détaillé ni échéancier n’ont été précisés. Autrement dit, ce n’est pas demain la veille qu’ils se concrétiseront.

Néanmoins, a insisté le ministre Sam Hamad, ce sont de «bonnes nouvelles» pour la région et cela traduit l’intention du gouvernement d’aller de l’avant.

La nouvelle infrastructure routière sur l’autoroute 20 est l’élément le plus inattendu du budget pour la grande région de Québec. On prévoit l’aménager à une distance d’environ 500 mètres à l’est de l’actuelle bretelle d’accès à la route du Président-Kennedy. Les milliers d’employés du Mouvement Desjardins pourront ainsi accéder plus facilement à leur lieu de travail.

«Le maire (Gilles) Lehouillier parle depuis longtemps de l’autoroute 20 en termes de circulation et de développement. C’est un projet important pour la Rive-Sud, ça fait longtemps qu’il fallait faire ce projet-là», a commenté le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale et président du Conseil du trésor, Sam Hamad.

Promenade Samuel-de-Champlain

Sans surprise, le gouvernement a également réactivé la phase III de la Promenade Samuel-de-Champlain (station du Foulon). Le projet de 130 millions $, mis sur la glace en 2014 en raison du contexte d’austérité budgétaire et des critiques du BAPE, consiste à aménager un tronçon de 2,5 km entre la côte de Sillery et la côte Gilmour. Un miroir d’eau, un bassin de baignade, des bâtiments de services et des stationnements sont dans les cartons.

Quant à l’Institut nordique, qui figurait sur la liste d’épicerie du maire Régis Labeaume lors de la dernière campagne électorale, le premier ministre Philippe Couillard avait déjà confirmé la participation financière du gouvernement du Québec lors d’une mission en Islande.

L’Université Laval, qui accueillera le futur pavillon, cherche encore à obtenir une subvention de 30 millions $ d’Ottawa pour compléter le montage financier du projet de 75 millions $. Le nouveau bâtiment réunirait sous un même toit différentes chaires de recherche consacrées aux régions nordiques.

Rien pour la tête des ponts

Le PQI 2016-2026 prévoit des investissements de 88,7 milliards $ au Québec, dont 12,7 milliards $ dans la région de la Capitale-Nationale et 3 milliards $ en Chaudière-Appalaches. La reconstruction des échangeurs à la tête des ponts puis la phase II de l’élargissement de l’autoroute Henri-IV sont toujours inscrites dans les projets «à l’étude», à l’instar du projet de Service rapide par bus (SRB) qui fait son apparition dans les documents budgétaires.

Le ministre Hamad promet néanmoins que ces projets contribueront à lutter contre la congestion. Il s’est engagé à nouveau à élargir l’autoroute Laurentienne, bien que le projet ne soit pas budgété.

D’autres projets annoncés antérieurement, comme la construction de l’anneau de glace, la reconstruction du pont de l’île d’Orléans ou encore la construction d’une usine de biométhanisation sont au stade de la «planification».

Site Cartier-Roberval

Comme le révélait «Le Journal de Québec», jeudi, le ministre Hamad a par ailleurs confirmé l’intention du gouvernement d’investir dans une deuxième phase de fouilles archéologiques sur le site Cartier-Roberval, à Cap-Rouge, lieu d’établissement de la première colonie française d’Amérique en 1541.

Le projet n’apparaît pas dans le PQI et n’a pas été budgété, mais le ministre en a fait l’annonce lors d’une mêlée de presse, sans préciser le montant de l’investissement à venir. «C’est la deuxième plus importante découverte historique en Amérique du Nord. C’est Jacques Cartier. Ça, c’est un projet important et il va se faire aussi je pense.»

Écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres

La Ville de Québec, par ailleurs, sera admissible à une nouvelle enveloppe provinciale de 25 millions $ dédiée à la décontamination des terrains «à fort potentiel de développement économique». Le nouveau volet du programme ClimatSol-Plus permettra à la Ville de soumettre des demandes de subvention pour l’écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres.

Par ailleurs, l’an dernier, le gouvernement provincial avait annoncé 15 millions $ pour constituer un fonds dédié au démarrage d’entreprises technos. Ce fonds Innovexpert, basé à Québec, sera finalement doté d’une capitalisation de 30 millions $, a-t-on annoncé jeudi, grâce à la participation de plusieurs investisseurs institutionnels (comme le Fonds FTQ, le Fondaction CSN et la Ville de Québec) et l’apport d’un groupe de quinze entrepreneurs surnommé «Le Groupe des 15».

InnovExport collabore avec l’accélérateur-incubateur Le Camp dans Saint-Roch, lequel envisage un partenariat avec l’accélérateur Héméra à Bordeaux, indique-t-on dans les documents budgétaires.