/slsj
Navigation

Accusé d’avoir tué son ancienne amie de coeur

Luc Hamel était aussi le prof de tai-chi de la victime, Sandra Fortin

Sandra Fortin aurait été assassinée par Luc Hamel, son ancien copain.
Photo Le Journal de Québec, Roger Ganon Sandra Fortin aurait été assassinée par Luc Hamel, son ancien copain.

Coup d'oeil sur cet article

La femme retrouvée morte dans le coffre d’un véhicule vendredi dans l’arrondissement Chicoutimi, à Saguenay, aurait été assassinée par son professeur de tai-chi et ancien ami de cœur.

Luc Hamel, 57 ans, aurait tué Sandra Fortin, 52 ans, à l’aide d’une arme blanche, dans la résidence de cette dernière sur la rue de La Prairie, dans l’arrondissement de Jonquière. Selon des proches de la victime, l’homme originaire de Chicoutimi était le professeur de tai-chi de la victime. Un ami de la famille de Mme Fortin a confirmé au Journal qu'il s'agissait aussi de son ancien ami de coeur.

Macabre découverte

Après avoir commis son crime, l’homme aurait transporté le corps de la femme dans le coffre de son véhicule jusqu’à sa résidence de la rue Rimbaud, où les policiers du Service de sécurité publique de Saguenay ont fait la macabre découverte vendredi matin. Sandra Fortin manquait à l’appel depuis jeudi. C’est sa fille qui avait signalé sa disparition.

Un résident de la rue Rimbaud a rapporté que l’individu est un homme tranquille, peu connu dans le voisinage.

«On n’a jamais eu de problèmes avec [lui]. On a été sidéré de voir ça», a-t-il confié à TVA Nouvelles.

Pour les proches de Sandra Fortin, c’est l’incompréhension totale. «Elle était la plus amoureuse de la vie et elle aimait tout le monde... On ne comprend rien à cette histoire... Je suis triste, enragée et confuse», a confié une cousine.

Sandra Fortin
Photo facebook
Sandra Fortin

Le suspect, qui était à l’intérieur de son logement au moment de l’arrivée des policiers, a été arrêté sur place.

Il a comparu par vidéoconférence hier après-midi et sera détenu à la prison de Roberval, jusqu’à demain, où il sera vraisemblablement accusé de meurtre au premier degré.

Aucun antécédent

L’enquête a été confiée à la Sûreté du Québec. Hier, le corps policier a procédé à l’analyse de la résidence du suspect, qui n’avait pas d’antécédents judiciaires, selon ce qu’il a été possible d’apprendre.

Mère de deux filles, la victime travaillait chez Rio Tinto Alcan à Arvida et habitait sur la rue de La Prairie depuis moins d’un an. Elle avait fait du porte-à-porte dernièrement pour amasser des fonds pour la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

- Avec la collaboration d’Agence QMI