/lifestyle/books
Navigation

Quand le danger est au coin de la rue

Guillaume Morrissette
Guillaume Morrissette

Coup d'oeil sur cet article

Chargé de cours en mathématiques financières à l’UQTR, chansonnier à ses heures et romancier, Guillaume Morrissette propose un nouveau polar bourré de tension, où le danger guette les citoyens des quartiers paisibles de Trois-Rivières: Terreur domestique.

La nouvelle enquête de l’inspecteur Jean-Sébastien Héroux débute un an après l’affaire Mélodie Cormier, qui avait fait l’objet du roman précédent. Cette fois, l’inspecteur vedette enquête sur une série d’explosions suspectes survenues à Trois-Rivières.

Climat de tension

L’hypothèse d’attaques réalisées par un groupe terroriste n’est pas écartée. Personne, dans les quartiers d’ordinaire tranquilles de la ville, n’est désormais à l’abri. La panique s’installe et une course contre la montre commence pour désamorcer les pièges. Qui peut bien prendre Trois-Rivières pour cible et pourquoi?

Romancier à la plume très aiguisée, Guillaume arrive à créer un climat de tension tout à fait plausible dans une ville dont on parle peu souvent en littérature policière. Il s’est intéressé à un sujet qui fait vraiment peur: la violence qui germe au sein même de la population.

Trois-Rivières, sa ville, l’inspire. «Ma famille, mes ancêtres viennent d’ici. Je suis un gars du terroir et j’enseigne depuis 12 ans à l’université. Je connais les gens, je connais la ville. C’est plus facile de modeler Trois-Rivières qu’une grande ville, de mon point de vue à moi», commente-t-il en entrevue téléphonique.

Il s’est particulièrement intéressé aux jeunes qui versent dans le terrorisme. «J’avais lu un article sur les enfants djihadistes et je demandais comment quelqu’un de 17, 18, 19 ans pouvait se tourner vers ça.»

Il a exploré le sujet puis s’est posé plusieurs questions. «Si jamais quelqu’un voulait enlever la liberté aux gens dans une place comme Trois-Rivières, ce ne serait pas en faisant des attentats de masse. Les gens n’ont pas peur de ça – ce sont des choses horribles, mais qui sont loin.»

Terrorisme aléatoire

En créant une sorte de terrorisme aléatoire, il avait une prise. «Je le trouvais peu motivable par une idée religieuse. Pourquoi ce ne serait pas motivé par des intentions politiques?»

Il a donc fait intervenir des individus frustrés, peu soucieux de la morale ou de l’éthique sociale, socialement déconnectés, pour créer un climat romanesque qui donne froid dans le dos. «Ça m’a fait peur, je trouvais ça plausible!», s’exclame-t-il.

Son enquêteur, Jean-Sébastien Héroux, en aura pour son argent. Guillaume s’est d’ailleurs inspiré d’un camarade de classe de l’école primaire devenu enquêteur pour créer son personnage.


  • Guillaume Morrissette a remporté en 2015 deux prix du polar Saint-Pacôme.
  • Il a écrit La maison des vérités et L’affaire Mélodie Cormier.
  • Il rencontrera les visiteurs du Salon du livre de Trois-Rivières et du Salon international du livre de Québec.