/news/consumer
Navigation

Le téléphone intelligent pour cibler les jeunes

Coup d'oeil sur cet article

Les détaillants qui veulent vendre leurs produits, en particulier aux consommateurs plus jeunes, doivent s’assurer d’être présents sur les appareils mobiles, selon une récente étude réalisée à l’échelle internationale.

«Le téléphone va devenir la principale manière de transiger», a prédit Alain Michaud, associé responsable du commerce de détail pour le Québec chez PwC.

Il a dévoilé hier matin, lors du sommet annuel du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), les résultats de l’étude mondiale Total Retail 2016.

«Ce n’est plus une tendance, c’est un acquis», a assuré Alain Michaud.

Pour l’instant, 22 % des Canadiens transigent avec leur cellulaire. Mais cette proportion grimpe à 59 % chez les Chinois, 34 % à l’échelle du globe.

«Et on sait que ce qui se passe en Chine dans l’adoption des comportements finit par arriver ici, a précisé M. Michaud. Le mobile, c’est devenu LA plateforme.»

Les détaillants canadiens ont pris du retard par rapport aux Américains et sur ce qui se fait ailleurs dans le monde, a-t-il constaté.

Génération du millénaire

Selon le rapport, 42 % des membres de la «génération du millénaire» (les 18-34 ans) achètent en ligne au moins une fois par mois sur leurs téléphones intelligents.

La moitié des 18 à 24 ans les utilisent pour obtenir des coupons et des codes promotionnels, comparer les prix avec ceux de la concurrence (42 %) et le tiers y lit les critiques de produits.

En magasin, toujours armés de leurs appareils portables, les jeunes veulent y poursuivre leur «expérience», a mentionné Alain Michaud, en recevant notamment des promotions qui leur sont adressées personnellement.

Car il ne faut pas oublier que 90 % des achats s’effectuent encore en magasin au pays.