/slsj
Navigation

Place à la vraie saison

Les Sags amorcent les séries éliminatoires jeudi soir au Cap-Breton

SPO-HOCKEY-SAGUENEENS
Photo Agence QMI, JOHN MORRIS Les deux premières rencontres de la série de premier tour entre les Saguenéens et les Screaming Eagles seront disputées à Sydney, vendredi et samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Après s’être bien préparés au cours des derniers jours, les Saguenéens sont prêts à passer aux choses sérieuses.

Les Chicoutimiens amorcent leur série huitième de finale face aux Screaming Eagles du Cap-Breton, ce soir, au Centre 200.

D’un côté, la troupe de Marc-André Dumont est mature et possède une attaque dévastatrice, elle qui a inscrit 286 buts en saison régulière, ce qui représente le troisième plus haut total dans le circuit Courteau.

De l’autre côté, l’équipe de Yanick Jean est jeune et a peu d’expérience en séries éliminatoires.

En ce sens, peut-on s’attendre à une «tempête» en zone défensive des Sags en début de match?

«Non, je ne veux pas penser comme ça. Il faut plus penser au processus qu’on a à faire. Il faut rester calme dans l’adversité. On a travaillé fort mentalement avec nos joueurs au niveau de la préparation. Il faut mettre en application ce qu’on a travaillé. On sait à quoi s’attendre. On a été de mieux en mieux [à l’entraînement] au fur et à mesure que la semaine a progressé», a répondu Jean, hier, au terme de l’entraînement régulier sur la patinoire de l’UQAC.

Si les Bleus veulent connaître du succès contre les Screaming Eagles, ils devront être aussi disciplinés qu’en saison.

«C’est sûr que cette année, on a fini premier dans la discipline. Il ne faudra pas prendre beaucoup de pénalités. Ça va être important de ne pas leur donner des avantages numériques», a mentionné Nicolas Roy.

Dans le calepin

♦ La LHJMQ a dévoilé les finalistes du Gala des Rondelles d’Or qui aura lieu le 6 avril prochain, à Montréal. Yanick Jean est en nomination pour le trophée Maurice-Filion, remis au directeur-gérant de l’année. Nicolas Roy est quant à lui finaliste pour le trophée Guy Carbonneau, qui sera remis au meilleur attaquant défensif lors des cérémonies spéciales d’avant-match tenues ce soir.

♦ Les Saguenéens prennent l’avion, ce matin, en direction de Sydney. Espérons que les conditions météorologiques ne viennent pas perturber l’atterrissage, alors qu’Environnement Canada prévoit de la pluie verglaçante et du grésil sur la majeure partie du nord de la Nouvelle-Écosse et de l’île du Cap-Breton, à compter de ce matin.

♦ L’équipe du Saguenay pourra miser sur un alignement complet pour le début de la série. Du côté des Screaming Eagles, Pierre-Luc Dubois (suspendu 1 match) et Yannick Bertrand (fracture du pied) manqueront à l’appel.

Série au cachet particulier pour Tim Simard

La série contre les Screaming Eagles revêt un cachet particulier pour Timothé Simard, qui affrontera plusieurs de ses anciens coéquipiers de même que son ancien entraîneur Marc-André Dumont.

Le joueur de centre de 19 ans a joué sous les ordres de Dumont dans l’uniforme des Foreurs de Val-d’Or et des Screaming Eagles du Cap-Breton, équipe avec laquelle il a disputé un total de 119 matchs, saison et séries incluses.

«Ça fait spécial, j’ai joué deux ans et demi là-bas. Mais là, tout mon cœur est avec les Sags et on espère gagner», a exprimé Simard, hier, à sa sortie de la séance d’entraînement.

«C’est sûr que c’est une motivation supplémentaire, mais ça reste une série comme une autre. Je veux qu’on prouve que c’est nous les meilleurs. On va là pour gagner» a assuré celui dont le jeu défensif, l’apport physique et l’expérience devraient bien servir les Saguenéens durant les éliminatoires.

Roy dans le rôle du mal-aimé

Nicolas Roy en est un autre qui ne devrait pas manquer de motivation, lui qui n’est pas aimé des partisans de la formation néo-écossaise. Rappelons que ce dernier ne s’était pas rapporté aux «Aigles hurlants», qui l’avaient sélectionné avec le premier choix du repêchage de 2013. Il avait alors invoqué la question des études à l’extérieur du Québec pour justifier sa décision.

«Ça ne me dérange pas ben ben [d’être hué]. Je peux même dire que j’aime quasiment ça! Honnêtement, je m’en fous», a lancé le principal intéressé, hier, lorsque questionné à savoir si le fait d’affronter les Screaming Eagles lui apportait une dose de motivation supplémentaire.

Selon toute vraisemblance, il semble que oui.