/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Stéphane Lessard

Adieu, Monsieur Lapierre

Ben Pelosse
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Nous devions souper ensemble cette semaine.

En fait, c’était la reprise d’un rendez-vous manqué la veille du budget provincial, le 16 mars dernier.

Vous m’aviez invité à souper pour «mettre nos potins à jour» comme nous le faisions de temps à autre.

Ce n’était pas l’envie qui me manquait, mais, faute de gardienne, j’ai dû décliner l’offre.

On a bien pris un bon 25 minutes au téléphone pour faire le tour des derniers échos de la politique. Jaser de l’actualité politique, mais surtout des personnes qui font la politique.

Les autres trucs qu’on ne raconte pas en ondes, parce que ça touche des gens que le public ne connaît pas, ou encore parce que... ça ne se raconte pas!

Vous jaser au téléphone c’était bien, mais pas comme prendre 2 ou 3 heures devant une bonne bouffe et une bonne bouteille de vin.

Bon Dieu que j’aurais aimé avoir le plaisir de rire et potiner avec vous une dernière fois...

Tous les gens qui me connaissent un tant soit peu savent que je vous appelais fièrement mon mentor.

***
J’avais 22 ans lorsque vous avez décidé de me faire confiance pour travailler pour vous. Le lieutenant du Québec de Paul Martin cherchait une personne pour s’occuper des communications dans tout l’est du Québec.

C’était à peine quelque temps après une courte victoire où de nombreux députés fédéraux et leurs employés s’étaient retrouvés sans emploi. Bien des gens zieutaient cette opportunité.

Mais vous, vous avez décidé de faire confiance à quelqu’un qui n’avait jamais eu de carte de membre du Parti libéral du Canada et aucune implication en politique fédérale.

Ouf!

Il y avait bien des mécontents! Mais vous aviez décidé de casser le moule habituel et d’apporter un vent de fraîcheur.

Votre confiance sans bornes m’aura permis de m’imposer dans un monde pas évident.

Puis, moins d’un an plus tard, je suis retourné en politique provinciale, car la politique fédérale n’était pas faite pour moi.

Depuis ce jour, vous avez toujours été mon mentor. La personne que j’ai consultée à chacune des décisions que j’ai prises pour mon avenir professionnel.

Je vous ai même consulté quand j’ai quitté mon emploi avec vous!

Nous ne nous parlions pas si souvent. Quelques fois par année, tout au plus.

Je n’ai pas souvenir d’un seul appel, d’un texto ou courriel non répondu.

J’ai toujours été touché par le fait que, lors de vos passages à Québec, vous preniez le soin de m’appeler pour m’inviter à souper ou à déjeuner.

Vous vous souciiez de moi, comme vous le faisiez pour tous celles et ceux qui avaient travaillé avec vous.

Souvent les gens me demandaient; «Mais il est comment dans la vie de tous les jours Jean Lapierre?» Je disais toujours la même chose: «What you see is what you get».

Vous étiez authentique. La personne qui faisait rire et informait tout le Québec quotidiennement, à la radio comme à la télé, était la même que je connaissais.

Ah! Et il fallait sortir en public avec vous pour constater à quel point vous étiez aimé!

Lors du premier débat des candidats à la chefferie du PQ le printemps dernier, vous avez pris je ne sais combien de selfies avec... des militants péquistes qui vous déclaraient leur amour!

***

Je ne peux pas croire que vous n’êtes plus des nôtres.

Je pense à vos enfants et à vos petits-enfants avec qui vous aimiez passer du temps. Vos vacances estivales où vous aimiez avoir tout votre monde avec vous. Mes pensées les accompagnent dans cette terrible tragédie.

Vous allez manquer à tellement de monde.

Je me suis toujours cru privilégié de pouvoir vous considérer comme mon mentor.

Maintenant, je devrai me contenter de me demander ce que vous me diriez.

Adieu, Monsieur Lapierre.

Note de la rédaction. Vous pouvez écouter le témoignage qu'a fait M. Trudeau sur le décès de Jean Lapierre, mercredi matin, sur les ondes de CHOI Radio X.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.