/news/politics
Navigation

Le ministre Sam Hamad écorché

Il qualifie le reportage d’Enquête de «pétard mouillé»

Le ministre Sam Hamad écorché
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre Sam Hamad a qualifié de «pétard mouillé» le reportage de l’émission Enquête, selon lequel il aurait été «une source d’information stratégique» en faisant avancer les dossiers de Marc-Yvan Côté, arrêté pour fraude et corruption le 17 mars dernier.

Selon le reportage diffusé hier à Radio-Canada, l’actuel président du Conseil du trésor aurait «offert son aide» à son «ami» Marc-Yvan Côté pour l’octroi d’une subvention.

Sam Hamad a répondu qu’il n’était jamais intervenu pour changer les décisions des fonctionnaires. «C’est encore un pétard mouillé. On vient de découvrir que je connaissais Marc-Yvan Côté! Ce sont des insinuations à partir de courriels que je n’ai jamais écrits. Je n’ai rien à me reprocher», estime M. Hamad, qui trouve le reportage «fallacieux».

Avant même la diffusion, la CAQ et Québec solidaire ont demandé à Philippe Couillard d’agir immédiatement.

«Les faits rapportés par Radio-Canada sont suffisamment graves et préoccupants pour exiger le retrait de Sam Hamad du Conseil des ministres», a affirmé le porte-parole de la CAQ, Éric Caire.

Pour sa part, le député Amir Khadir a exigé la démission du ministre Hamad. «La démonstration ne peut être plus claire. Assez, c’est assez!»

PLUSIEURS COURRIELS

Une série de courriels obtenus par l’émission Enquête ont démontré le rôle qu’aurait joué Sam Hamad. Jusqu’à son arrestation, Marc-Yvan Côté était toujours le vice-président du conseil d’administration de Premier Tech, une entreprise de Rivière-du-Loup.

En 2010, la compagnie agricole et horticole voulait acheter un concurrent avec la participation d’Investissement Québec.

Selon Enquête, les courriels internes démontrent que Sam Hamad aurait fait pression en faveur de Premier Tech en donnant aussi des informations confidentielles sur les délibérations au Conseil du trésor.

«Jean, je rappelle que Sam a offert son aide pour convaincre le Trésor», révèle un courriel envoyé à Jean Bélanger, président et chef de l’exploitation de Premier Tech.

En septembre 2008, Marc-Yvan Côté a écrit à Yves Goudreau, un vice-président de Premier Tech, lui disant qu’il voulait parler avec le président Jean Bélanger au sujet d’un cocktail de financement pour Sam Hamad.