/news/provincial
Navigation

Après les «food trucks», un premier «fashion truck» courtise la Ville de Québec

La designer Chantale Durette est l'instigatrice du tout premier «fashion truck» à Québec.
Photo: Courtoisie La designer Chantale Durette est l'instigatrice du tout premier «fashion truck» à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la question de la bouffe de rue a fait couler beaucoup d’encre à Québec au cours des dernières semaines, voilà maintenant qu’un nouveau joueur apparaîtra bientôt dans le paysage des «commerces mobile» qui souhaitent pouvoir s'établir sur le territoire de la ville.

Un tout premier fashion truck sera inauguré le 12 avril à Québec et effectuera une première sortie sur la troisième avenue à Limoilou dans le cadre du Festival Québec Mode du 29 avril au 1er mai, face au bar le Bal du Lézard.

C’est la designer Chantale Durette de l’Atelier Gaïa, basée dans le quartier Saint-Roch, qui est derrière ce projet unique à Québec.

Celle qui se spécialiste dans la production de vêtements confectionnés à partir de matériaux recyclés a pu compter sur l’appui financier d’Alain Slyte, propriétaire du bar le Bal du Lézard à Limoilou, afin de faire l’acquisition et la transformation de son camion, une véritable boutique roulante.

Inspirée par le premier fashion truck montréalais, mis sur pied par la boutique Nomad, la créatrice a voulu innover pour s’ajuster à l’univers de la vente qui, selon elle, est en grande transformation.

On a trouvé des artisans qui vont compléter les vêtements pour que les gens aient du choix. Il va y avoir des vêtements, mais il va y avoir aussi des affiches, une joaillière, et je vais accueillir d’autres designers aussi.

«Les boutiques ont de plus en plus de difficulté. Il y en a plusieurs qui ferment, alors pour moi, c’est une façon de vendre par moi-même et distribuer ma collection un peu partout.  C’est une façon d’aller chercher des gens qui ne connaissent pas nécessairement mes créations», explique l’instigatrice du projet qui se promènera dans divers festivals avec son camion.

En plus du Festival Québec Mode, le fashion truck de la griffe Gaïa sera notamment présent au Mondial des Cultures à Drummondville, à Woodstock en Beauce et à Limoilou en Musique.

Menace?

Pour le moment, le camion boutique de Chantale Durette pourra être présent que lors de festivals et événements spéciaux.

«La Ville de Québec n’autorise pas encore les boutiques mobiles et les food trucks. On a la même réglementation. La vente itinérante n’est pas encore permise. On espère que notre maire, Régis Labeaume, va emboîter le pas rapidement, explique-t-elle. Les fashion trucks c’est une mode partout. Dans toutes les grosses villes, il y en a. En Europe, aux États-Unis et ici, ça commence tranquillement. Il y en a à Vancouver et à Montréal notamment.

La propriétaire des boutiques Point d’Exclamation, situées sur la rue Saint-Jean à Québec ainsi qu’à Baie-Saint-Paul, se questionne sur la venue d’un tel camion boutique à Québec.

«Nous on paie des taxes et notre loyer douze mois par année. On survit douze mois par année. Je trouve ça un peu injuste. Québec c’est tellement petit comparativement à Montréal. Simplement la venue deux fois par année de l’événement la Braderie de la mode fait baisser mon chiffre d’affaires et je suis certaine que je ne suis pas la seule à qui ça arrive.»

Pour l’instigatrice du projet, les food trucks et les fashion trucks ne devraient pas être perçus comme une menace.

«Je ne pense pas que d’aller dans un événement culturel, ça va empêcher de faire des ventes aux commerçants qui sont là à l’année. En plus, mes prix sont les mêmes qu’en boutique pour ne pas nuire justement.On est en transformation. Les boutiques ont vraiment beaucoup de difficultés en raison notamment des plateformes en ligne. Toutes les manières traditionnelles de faire des achats changent. Il faut s’adapter», dit-elle.

En plus de vendre sa collection dans son camion, Chantale Durette propose aussi une variété de créations d’autres artisans et designer.

«J’ai essayé d’aller chercher des gens qui sont différents et qui ne sont pas nécessairement dans plein de boutiques à Québec. Je veux une variété.»