/news/health
Navigation

La plus grosse facture mais les pires dents

Même s’ils paient une fortune, les Québécois ont la dentition la moins en santé du pays

La plus grosse facture mais les pires dents
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas parce qu’on paie une fortune pour les entretenir qu’on a de belles dents: les Québécois ont beau payer les tarifs les plus élevés, et bien supérieurs à ceux recommandés par l’Ordre des dentistes, ils ont la pire dentition du pays, a appris Le Journal.

Et c’est sans compter que certains dentistes ont carrément les dents longues lorsqu’il s’agit de facturer, avons-nous constaté en téléphonant dans 50 cliniques dentaires de la province, pour connaître les prix de certains traitements les plus populaires.

Des données inédites obtenues par Le Journal révèlent que les tarifs des dentistes québécois ont bondi de 13 % depuis cinq ans.

Pas plus tard qu’en janvier dernier, l’Association des chirurgiens dentistes du Québec a discrètement décrété une hausse de 2,6 % des tarifs de ses membres, soit deux fois plus que le taux annuel d’inflation.

«Un désastre»

Résultat: les soins dentaires sont actuellement 10 % plus coûteux au Québec que dans le reste du Canada.

«Les gens nous le disent, les tarifs des dentistes sont trop élevés au Québec, déplore le directeur général du Comité provincial des usagers, Pierre Blain. Plusieurs n’ont même pas les moyens de se payer une visite annuelle. C’est un désastre», lance-t-il.

Les compagnies d’assurances sont elles aussi excédées.

«Pour nous, c’est très préoccupant, car on cherche à obtenir les meilleurs prix pour nos clients. Or, on observe plutôt l’inverse au Québec, alors que les coûts facturés sont toujours plus élevés, soit 10 % de plus que la moyenne canadienne. On se pose beaucoup de questions», souligne le directeur principal des ventes et des relations avec la clientèle à la Croix Bleue Médavie, Pierre Marion.

Pierre Marion | Croix Bleue Médavie
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
Pierre Marion | Croix Bleue Médavie

Privés de soins

Les frais élevés associés aux soins dentaires en privent deux millions de Québécois, selon la présidente de l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec, Diane Duval. Cela fait en sorte que la dentition des Québécois est la pire du pays.

«Ce n’est pas normal et c’est un non-sens», selon Mme Duval, qui réclame un «grand ménage» au sein de l’industrie des soins dentaires au Québec.

 

Faut-il briser ce monopole ?

Si elles avaient le droit de pratiquer sans se retrouver sous la supervision d’un dentiste, les hygiénistes dentaires croient qu’elles permettraient aux Québécois de réaliser d’importantes économies.

Les frais de nettoyage et ceux qui sont liés à la prévention, notamment, seraient moins élevés.

30 % plus bas

En se déplaçant à domicile et dans des résidences pour personnes âgées, les hygiénistes pourraient offrir des tarifs de nettoyage inférieurs de 30 % à ceux des cabinets actuels de dentistes, avance la présidente de l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec, Diane Duval.

Diane Duval | Ordre des hygiénistes
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
Diane Duval | Ordre des hygiénistes

Les frais moyens pour les services rendus passeraient de 130 $ l’heure actuellement à 87 $ l’heure pour une hygiéniste dentaire indépendante, selon une étude menée par l’organisme réglementaire.

Le Bureau de la concurrence a d’ailleurs noté que, partout au Canada où les hygiénistes ont obtenu leur autonomie, les prix des actes dentaires avaient baissé, fait valoir Mme Duval.

 

Une liste de tarifs gardée secrète

Le Journal a mis la main sur un guide des prix recommandés.

Il existe un guide des tarifs recommandés pour les soins dentaires, mais l’Association des chirurgiens dentistes du Québec (ACDQ) refuse que le public y ait accès.

Qu’à cela ne tienne, Le Journal publie aujourd’hui pour la première fois quelques exemples de ces tarifs recommandés, qui sont bien inférieurs à ceux pratiqués dans de nombreuses cliniques dentaires.

Manque de transparence?

L’ACDQ se défend de manquer de transparence et est d’avis que les tarifs n’ont pas à être dévoilés aux consommateurs québécois.

Pourquoi? Parce que les dentistes n’ont pas à suivre les prix indiqués dans ce guide des tarifs pour déterminer leurs propres honoraires, plaide l’organisme.

«C’est un guide de référence. C’est un guide très compliqué, qui renferme des centaines de codes avec des coûts. Les dentistes ont le droit de charger les honoraires qu’ils veulent. C’est leur liberté», soutient le président de l’Association, Serge Langlois.

Serge Langlois | Président de l’ACDQ
Photo d'archives
Serge Langlois | Président de l’ACDQ

Faire un choix

Selon ce dernier, les Québécois font un choix lorsqu’ils vont chez le dentiste comme ils font un choix pour s’acheter un vélo.

«Vous savez, ça coûte cher, opérer une clinique dentaire. Il y a des frais importants. Ce sont des soins de santé, et le gouvernement a fait le choix politique de ne pas les rembourser», dit-il, ajoutant que la décision de ne pas fluorer l’eau partout au Québec a un effet direct sur la santé bucco-dentaire des Québécois.

 

Voici pourquoi vous devriez magasiner votre dentiste

Les frais de soins dentaires varient beaucoup d’un cabinet de dentiste à un autre au Québec. Les prix sont moins élevés à Gaspé, à Saguenay et à Québec, alors qu’ils sont plus élevés à Montréal, bien au-delà des tarifs recommandés par l’Association des chirurgiens dentistes (ACDQ).

Pour dresser ce constat, Le Journal a contacté 50 cliniques dentaires réparties partout au Québec, afin de connaître leurs tarifs.

Par exemple:

  • Pour un simple nettoyage (détartrage et polissage) dit de rappel, certains dentistes situés sur l’île de Montréal n’hésitent pas à facturer à leurs clients 195 $. C’est beaucoup plus que le tarif recommandé par l’ACDQ (voir encadré).
  • Or, en magasinant les tarifs, on peut facilement obtenir les mêmes services pour 135 $ à Montréal, soit une différence de prix de 60 $.
  • À Québec, les tarifs proposés par plusieurs dentistes pour un nettoyage complet de rappel tournent plutôt autour de 110 $ à 120 $. Certains offrent le service pour 150 $, ce qui est, là encore, plus élevé que le tarif prescrit par l’ACDQ.
  • La palme des tarifs dentaires les plus bas revient toutefois à un cabinet dentaire de la ville de Gaspé, qui offre un nettoyage complet de rappel à 74 $.
  • À Saguenay, sur la rue Racine, des dentistes nous ont dit réaliser la même tâche pour seulement 90 $.

Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs dentistes avouent ne pas suivre le guide des tarifs suggérés par l’ACDQ.

«Il faut aussi tenir compte des revenus de nos clients. C’est une réalité qu’il ne faut pas ignorer», a laissé entendre le propriétaire d’un centre dentaire de Montréal.

L’ACDQ invite néanmoins les patients à poser des questions sur les honoraires. «C’est un libre marché. Le dentiste est libre de charger ce qu’il veut. Il faut donc trouver quelqu’un en qui on a confiance», fait valoir le président, Serge Langlois.

 

On visite moins souvent le dentiste

  • 56 % des Québécois visitent un professionnel de la santé dentaire
  • 71 % des Canadiens

Source: Ordre des hygiénistes dentaires du Québec

 

Plus cher ici qu'ailleurs

  • Québec 368 $/an
  • Ontario 315 $/an
  • Nouveau-Brunswick 294 $/an
  • Moyenne canadienne 350 $/an

Source: Dépenses des ménages en soins dentaires, Statistique Canada

 

7 exemples de ce que vous devriez vraiment payer

  1. Examen complet (nettoyage avec ou sans radiographies) De 77 $ à 126 $
  2. Coût supplémentaire pour une radiographie panoramique 72$
  3. Extraction simple d’une dent 111 $
  4. Obturation (plombage) d’une seule surface pour une molaire En amalgame (gris) 74 $ En composite (blanc) 128 $
  5. Extraction chirurgicale d’une dent (ex. dent de sagesse) de 180 $ à 385 $ (selon la dent)
  6. Traitement de canal (un canal) 474 $
  7. Couronne (sans frais de labo) 800 $

Source: Guide des tarifs de l’ACDQ, édition 2016