/finance/business
Navigation

Normandin «a un intérêt pour Ashton»

Normandin «a un intérêt pour Ashton»
Archives Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le fondateur de Chez Ashton a affirmé vendredi qu’il ne fermerait pas la porte à un acheteur potentiel, la chaine de restaurants Normandin a fait part de son intérêt à acquérir la bannière connue pour sa fameuse poutine.

«Oui, on a un intérêt pour Ashton, comme pour toute autre chaine, a indiqué au Journal le vice-président marketing et ventes chez Normandin, Jean Julien. On est intéressés à croître, et il y a deux façons : ou bien par l’ouverture de nos restaurants, ou par des acquisitions.»

M. Julien a été appelé à se prononcer sur l’intérêt de Normandin pour la chaîne Ashton après que le fondateur de cette dernière, Ashton Leblond, eut mentionné au FM 93 qu’il serait à l’écoute si un acheteur potentiel sérieux se manifestait.

«Ça fait 47 ans que je suis dans la patate, mes deux filles sont à Montréal et elles ne sont pas intéressées à reprendre la business», a-t-il d’abord confié au journaliste Mathieu Boivin.

Une offre il y a 3 ans

Ce dernier lui a posé la question après avoir obtenu une information selon laquelle le groupe montréalais MTY (Extrême Pita, Thaï Express, La crémière, Sushi Shop, Valentine, Van Houtte, Vieux-Duluth, etc.) était prêt à signer un chèque de 55 millions $ pour mettre la main sur la chaîne.

M. Leblond n’a pas confirmé ce montant, mais a admis que le groupe MTY l’avait approché il y a trois ans, ainsi qu’avec un autre groupe montréalais. «Les choses n’ont pas été jusqu’à l’ouverture des livres parce que je n’étais pas intéressé à vendre à ce moment-là», a-t-il précisé.

Ashton Leblond
Normandin «a un intérêt pour Ashton»
Photo Simon Clark

Le fondateur d’Ashton a par ailleurs souligné ne pas chercher d’acheteurs activement. «Je ne veux pas être trop sollicité et je ne veux pas insécuriser mes employés, a-t-il affirmé à la station de radio. Mais si un acheteur se présentait maintenant, c’est sûr que je le prendrais plus au sérieux qu’il y a quelques années.»

Les propos de M. Leblond ont suscité de nombreuses réactions, au lendemain de l’annonce de la vente de la chaine québécoise St-Hubert à un groupe ontarien.

D’ailleurs, l’administration de Chez Ashton a publié un communiqué en après-midi pour indiquer qu’«aucun projet de vente concernant leurs établissements n’est prévu dans un avenir rapproché».

Une approche?

Normandin, qui n’a pas caché son intérêt vendredi, pourrait-elle entreprendre des démarches en ce sens?

«Il y aura assurément des discussions, a répondu M. Julien de Normandin au Journal. Il n’y a pas de temps arrêté, mais c’est sûr qu’il y a une ouverture à discuter et à regarder comment on pourrait trouver un terrain d’entente», a-t-il ajouté prudemment.