/opinion/columnists
Navigation

Merci, merci, Jean!

Merci, merci, Jean!
Photo Le Journal de Québec, Annie T. Roussel

Coup d'oeil sur cet article

Bon samedi! Voici mon podium de la semaine, mes trois médaillés hebdomadaires. Ceux qui, selon moi, ont marqué la semaine, à leur manière. Par leurs succès, par leurs bourdes. Ou, comme cette semaine, par leur départ subit, comme celui de Jean Lapierre. Une mort brutale, qui nous aura tous grandement bouleversés. Un deuil collectif, sans précédent.

Jean Lapierre

Dans la vague de tristesse éprouvée collectivement à la suite de la mort de Jean Lapierre, il y a une célébration de la simplicité et de la candeur. À la télé comme à la radio, Jean Lapierre me parlait comme si j’étais à sa table de cuisine. J’avais le sentiment d’écouter aux portes. Par son influence, je percevais que je comptais à nouveau dans la donne politique. Jean Lapierre, c’était la leçon du vrai et de l’authentique. Victimes à répétition de promesses rompues, on se sentait défendus par lui. Il parlait en notre nom, rendait les politicos imputables, comme un vrai protecteur du citoyen.

Il incarnait le quatrième pouvoir comme pas un. Jean, tu auras contribué à développer notre sens critique. À douter. À redouter. Grâce à toi, nous sommes plus sceptiques, plus allumés et un peu moins malléables. Tu nous as appris à nous méfier des slogans, des «spins» et des formules creuses. Que derrière le spectacle politique de façade se tramaient des jeux d’influence qui trop souvent ignoraient nos intérêts. Grâce à toi, j’ose penser que le Québec est un petit peu meilleur.

C’est déjà beaucoup. Jean, merci, merci!

Donald Trump

Trump est comme une voiture avec des pneus d’été finis sur une autoroute glacée. Il dérape, fait des mises en portefeuille, prend le champ.

Trump, c’est une trentaine de déclarations épicées qu’il a dû édulcorer par la suite. Cette semaine, il a déclaré vouloir punir les femmes qui se faisaient avorter, avant de se reprendre, maladroitement. Et, plus tôt en mars, Trump s’est rendu là où aucun de nos politiciens n’oserait aller, en s’en prenant à l’épouse de Ted Cruz, son principal adversaire! Ta femme est laide! Plus grosse que la mienne! Imaginez deux secondes Philippe Couillard ridiculiser la femme de François Legault...

Trump dit se comporter comme un gamin dans une cour d’école, mais il est dans le champ: on ne se fait même pas ça entre gars qui se détestent! Il est carrément en train de faire dérailler l’investiture républicaine et de faire passer Hillary Clinton pour la plus équilibrée des présidentiables. Le saurons-nous un jour?

C’est tellement fou braque que c’est à se demander si Trump n’est pas un agent double payé par Bill lui-même pour saboter le Parti républicain et faire élire Hillary...

Le CH éliminé !

Le Canadien est un mort vivant. Il vivote sa fin de calendrier, et les égoïstes ont déjà préparé leurs valises pour le Sud. Eller et Pacioretty ne savaient même pas qu’ils étaient officiellement éliminés.

Tout ce qui les intéresse, ce sont leurs salaires, leurs agents, leurs téléphones. Chacun est une compagnie sur patins. Ils n’en ont rien à battre que les bars sportifs crèvent de faim ou que les patrons de TVA Sports prennent des Advil à la pochetée. La saison fut celle du désastre avec un gros D. Je ne parle pas de Price blessé, mais de tout le reste. De la gestion du secret, des mauvaises décisions, des réactions molles de Therrien, des traîne-savates. De la culture de la médiocrité. Tout ce qu’on déteste d’un monopole d’État. Pourris sur la glace? On s’en fiche, y aura toujours des clients pour avaler notre salade.

Comme l’ex-Nordique Alain Côté me disait au téléphone cette semaine: «Québec n’aura pas de club. Tu sais quoi? Parce que Montréal en veut un avant!»

J’avoue l’avoir trouvée bien bonne.