/slsj
Navigation

L’aventure se termine pour les Saguenéens

Les Bleus s’inclinent par la marque de 7 à 4 face aux Screaming Eagles lors du sixième match de la série

La formation chicoutimienne s’est battue jusqu’à la fin lundi avec une poussée tardive de trois buts consécutifs en troisième période, alors qu’ils tiraient de l’arrière 5 à 1.
Photo d’archives La formation chicoutimienne s’est battue jusqu’à la fin lundi avec une poussée tardive de trois buts consécutifs en troisième période, alors qu’ils tiraient de l’arrière 5 à 1.

Coup d'oeil sur cet article

Pour une quatrième année de suite et une neuvième fois en dix ans, le parcours éliminatoire des Saguenéens de Chicoutimi a pris fin dès la ronde initiale du grand tournoi printanier de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

En effet, la formation du Royaume a baissé pavillon par la marque de 7 à 4, lundi soir, au centre 200 de Sydney, s’avouant du même coup vaincue en six parties par les Screaming Eagles du Cap-Breton.

On ne pourra cependant pas reprocher aux Chicoutimiens de ne pas s’être battus jusqu’à la fin.

En retard 5 à 1, ces derniers ont amorcé une poussée tardive de trois buts consécutifs en troisième période lorsque Dmitry Zhukenov a fait mouche une première fois.

Puis, avec 12 minutes à égrainer à l’engagement, l’entraîneur-chef Yanick Jean a retiré Julio Billia à la faveur d’un sixième patineur. Cette stratégie a fonctionné puisque l’attaquant russe est revenu à la charge pendant que son gardien prenait place au banc.

Un but d’écart

Frédéric Allard a ensuite réduit l’écart à un seul but à l’aide d’un lancer des poignets précis dans le coin du filet. Les locaux ont toutefois résisté à la tentative de remontée des Sags, ajoutant deux buts en fin de match pour sceller l’issue de la partie et de la série, par le fait même.

«Mes joueurs se sont battus jusqu’à la fin, comme ils l’ont fait tout au long de la saison. C’est ce qu’on voulait voir et qu’on a vu encore une fois ce soir», a souligné un Yanick Jean pas peu fier en entrevue téléphonique après la rencontre.

Au final, c’est un début de match catastrophique qui a fait très mal aux Saguenéens, eux qui ont alloué quatre buts dans les dix premières minutes de jeu.

«Ce n’est pas le début de match auquel on s’attendait, qu’on espérait», a concédé le pilote chicoutimien.

Selon lui, la meilleure des deux équipes l’a emporté, mais malgré le résultat final, ses joueurs ne peuvent que ressortir grandis d’avoir vécu une telle expérience.

«C’est définitivement la meilleure des deux équipes qui a gagné. C’est un club à maturité. Comme je l’ai dit, on s’est battus jusqu’à la fin. On a fait un gros pas de géant durant la saison. Le niveau d’apprentissage, d’expérience, qu’on a acquis, est très très élevé», a-t-il conclu.

En vitesse

  • Les joueurs de 20 ans des Bleus, Élie Bérubé, Landon Schiller et Taylor Cooper, ont tourné la dernière page de leur carrière junior, lundi. Au fait, Bérubé a récolté trois mentions d’aide, tout comme Nicolas Roy.
  • Evgeny Svechnikov, Giovanni Fiore, à deux reprises, Massimo Carozza, Michael Joly, Maxim Lazarev et Pierre-Luc Dubois ont réussi à déjouer Billia, qui a fait face à 31 rondelles.
  • Outre Zhukenov et Allard, Jonathan Bourcier a également battu Alexandre Bélanger, auteur de 28 arrêts dans la victoire. Pour Bourcier, il s’agissait de sa première et seule réussite des séries.