/news/health
Navigation

La clinique sans médecin SABSA reçoit l’appui des citoyens

Coup d'oeil sur cet article

La majorité des citoyens de la région de Québec est en désaccord avec la décision du ministre Gaétan Barrette de ne pas financer la clinique sans médecin SABSA, révèle un sondage Léger commandé par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

L’enquête a été menée auprès de 503 personnes âgées de 18 ans et plus, du 22 au 24 mars dernier. Elle montre que plus du tiers des résidents de la région de Québec connaissent la Coopérative de solidarité SABSA, ne serait-ce que pour en avoir déjà entendu parler.

«Arguments tangibles»

Faute d’un soutien financier de près de 500 000 $, cette clinique de proximité fermera ses portes le 1er mai. Quelque 1500 patients défavorisés des quartiers Saint-Sauveur et Saint-Roch, dont plusieurs marginaux qui ne vont pas dans les cliniques traditionnelles, se retrouveront alors orphelins.

«Ce sondage fournit des arguments tangibles pour que le ministre Barrette revoie sa décision. La balle est dans son camp. Ce n’est pas vrai qu’en dehors des GMF [Groupes de médecine familiale] il n’y a point de salut. Je ne comprends pas l’obstination du ministre», a soulevé, hier, la présidente de la FIQ, Régine Laurent.

La grande majorité des répondants croit en outre qu’il est souhaitable que les professionnels en soins – infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et autres – puissent exercer pleinement leur champ de pratique en prodiguant certains soins courants actuellement offerts par les médecins.