/misc
Navigation

Le couvercle sur la marmite

Le propriétaire des Hurricanes, Peter Karmanos, a vivement démenti les rumeurs concernant son équipe et ses supposées visites à Québec. Il jure que sa formation restera en Caroline.
PHOTO d’Archives AFP Le propriétaire des Hurricanes, Peter Karmanos, a vivement démenti les rumeurs concernant son équipe et ses supposées visites à Québec. Il jure que sa formation restera en Caroline.

Coup d'oeil sur cet article

L’eau a passé deux mois sur le feu à bouillir. Le Journal a finalement mis le couvercle sur la marmite: oubliez les Hurricanes, ils ne déménageront pas à Québec et ils ne deviendront pas les Nordiques.

Ça faisait deux mois que j’entendais ce flot de rumeurs: les Hurricanes sont à vendre, ils vont venir à Québec; Peter Karmanos aurait été vu dans des restaurants de la capitale; il aurait visité le Centre Vidéotron; une conférence de presse aura lieu le 6 avril à Québec pour officialiser le transfert de l’équipe de la Caroline à Québec; des avions mystérieux font le trajet entre le Québec et Raleigh, en Caroline du Nord, c’est sûrement Québecor ou le propriétaire des Hurricanes, Peter Karmanos.

DE TOUTES LES COULEURS

J’en ai entendu de toutes les couleurs ces dernières semaines à la radio, j’ai lu toutes sortes de rumeurs sur internet et dans les journaux. Mais, à chaque appel que nous faisions, rien ne se confirmait jamais. Mais, évidemment, on nous mentait... Ça, je l’ai entendu souvent. Et nous étions fous de croire ceux qui nous disaient que toutes ces rumeurs n’étaient pas fondées parce que, bien sûr, on nous cachait des choses.

Un internaute m’a même interpellé pour me dire que nous, les «vrais» journalistes, dormions au gaz dans ce dossier pendant que d’autres scrutaient le ciel, surveillaient les avions et découvraient des choses franchement intéressantes.

LE DÉMENTI DE KARMANOS

Je sais bien à quel point les rumeurs peuvent être intrigantes. Je veux bien aussi accepter l’idée que parfois, des intervenants ne disent pas tout quand on pose des questions. Ça se peut.

Mais, vendredi, le démenti de Peter Karmanos était costaud, sans équivoque. Non, ses Hurricanes ne deviendront pas les Nordiques et, non, il n’est pas venu à Québec pour discuter avec Québecor.

En fait, son dernier passage ici remonte à près de 30 ans. On repassera pour son avion aperçu dans le ciel de Québec.

UNE AFFAIRE DE FRÉNÉSIE

Je ne blâme personne pour toutes ces rumeurs. L’excitation est tout à fait normale dans ce dossier. Et, oui, ces vols d’avions étaient intrigants, mais il fallait vérifier.

Le retour des Nordiques, c’est LE dossier à Québec, une affaire de frénésie, une fixation pour des centaines de milliers de partisans de la grande région de Québec. Et cette nation n’a que faire des démentis, elle veut son équipe, un point, c’est tout.

Moi aussi, je souhaite ardemment le retour des Nordiques. Mais ceux qui ont la responsabilité d’informer les gens ou ceux qui ont la prétention de vouloir le faire doivent agir avec sérieux.

Notre travail n’est pas de colporter des rumeurs, mais plutôt de les vérifier pour être en mesure de les confirmer ou de les infirmer.

C’est exactement ce que notre reporter Stéphane Cadorette a fait. Son entrevue avec Peter Karmanos a fait la lumière une fois pour toutes sur la situation des Hurricanes. Et c’est ce que nous continuerons de faire jusqu’à la conclusion de ce dossier qui, espérons-le, se terminera par le retour des Nordiques.