/slsj
Navigation

Les électeurs de Chicoutimi aux urnes

Le gouvernement aura des leçons à tirer de cette élection partielle, selon un expert

Les électeurs de Chicoutimi aux urnes
Photos courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

C’est aujourd’hui que les gens de la circonscription de Chicoutimi choisiront le successeur de Stéphane Bédard et, selon un expert de l’Université Laval, le gouvernement aura des leçons à tirer de cette campagne.

«Une partielle, peu importe où elle se tient, permet d’aller sonder l’humeur des électeurs», souligne Éric Montigny, professeur au département de science politique de l’Université Laval.

Et cette humeur profiterait actuellement au Parti québécois, selon les derniers sondages, malgré un bon début de campagne des libéraux.

L’expert l’admet sans détour, la saga Sam Hamad n’aura pas aidé la candidate Francyne T. Gobeil. «C’est clair que ça a chamboulé la dynamique de la campagne. Et c’est clair que ce n’était sûrement pas le plan au départ», souligne M. Montigny.

Influence du maire

Ce dernier estime aussi que la présence du maire Jean Tremblay a été un élément déstabilisateur pour la campagne libérale. «C’est parfois un exercice risqué, de lier les différents paliers de gouvernance lors d’une campagne», rappelle l’universitaire.

La candidate péquiste, Mireille Jean, était une ancienne adversaire du maire de Saguenay et Éric Montigny croit que cela a eu un impact sur les débats. «Mme Gobeil était quant à elle une proche du maire. Cette présence avait une influence, on sentait la rivalité», explique M. Montigny.

Perspective

Le politologue remet tout de même les choses en perspective en ce jour de vote, rappelant que Chicoutimi n’a jamais élu de député libéral depuis 1935.

Et peu importe qui sera élu aujourd’hui, il rappelle que «les résultats d’une élection partielle n’ont pas nécessairement d’impact sur la prochaine élection générale prévue dans deux ans».

Éric Montigny n’entrevoit pas non plus un grand changement de dynamique à l’Assemblée nationale à la suite de l’élection partielle de Chicoutimi. «Si ce n’est pas un résultat qui change la donne sur le plan de la politique nationale, la vie politique va passer rapidement à autre chose.»