/news/politics
Navigation

10 choses à savoir sur les îles Turques-et-Caïques

Coup d'oeil sur cet article

Le congrès du Nouveau parti démocratique (NPD) a fait les manchettes, en fin de semaine dernière, bien davantage pour la chute du chef Thomas Mulcair que pour avoir ravivé cette vieille idée d’annexer au Canada les paradisiaques îles Turques-et-Caïques. N’empêche. Parions que l’idée d’une île canadienne au cœur des Caraïbes, où le dollar, la Carte soleil et la Visa sont acceptés partout, en fait rêver plusieurs... et qu’elle mérite peut-être quelques minutes d’attention en ce mois d’avril outrageusement hivernal. Voici 10 choses à savoir sur les îles Turques-et-Caïques.

C’est quoi

Les îles Turques-et-Caïques (ou Turks-et-Caïcos) ont le statut de territoire britannique d’outre mer, c’est-à-dire une colonie qui jouit d’une certaine indépendance. Le territoire est formé d’une trentaine d’îles situées au nord de l’île d’Hispaniola (Haïti et République dominicaine). Les îles ont été découvertes par les Espagnols, elles ont fait partie des Bahamas et de la Jamaïque avant de devenir un territoire britannique.

Pourquoi parler d’annexion au Canada?

Au début du 20e siècle, les îles et le Canada sont dans le giron britannique, si bien que les deux territoires entretiennent des relations commerciales de longue date. Le premier ministre canadien Robert Borden lance l’idée d’une union pour la première fois en 1917. Une offre sérieuse du Canada est faite en 1974, mais celle-ci est ignorée. En 1986, une dispute éclate entre la colonie et sa mère patrie et la Grande-Bretagne resserre le contrôle. L’année suivante, des membres du gouvernement visitent Ottawa et affirment que 90 % des insulaires sont favorables à un partenariat avec le Canada. L’ex-député conservateur Peter Goldring a adopté la cause. La Nouvelle-Écosse a voté unanimement en faveur d’accueillir les îles Turques-et-Caïques au sein de son territoire. Le premier ministre actuel, Rufus Ewing, garde la porte ouverte.

travnikovstudio - Fotolia

La proposition du NPD:

«Engager la population et les gouvernements des îles Turques-et-Caïques, ainsi que le gouvernement britannique, pour faire en sorte que les îles Turques-et-Caïques deviennent la onzième province du Canada.»

Qu’est-ce ça changerait?

Des millions de Canadiens dépensent des millions de dollars chaque année en voyage dans les Caraïbes. Garder une part de cet argent au pays serait bon l’économie. Les entreprises d’ici pourraient aussi y investir massivement dans l’industrie touristique. Les Canadiens pourraient aussi s’y rendre sans passeport et payer en argent canadien. Les habitants des îles, eux, y voient une occasion d’augmenter leur niveau de vie et de profiter du filet social canadien, comme le salaire minimum et l’assurance maladie.
 

Ritu Jethani - Fotolia

Pourquoi ça ne se fait pas?

L’annexion n’est pas chose simple puisqu’elle implique des discussions avec la Grande-Bretagne et des négociations constitutionnelles, chose à laquelle les Canadiens sont allergiques. L’idée a souvent été critiquée en raison de la faiblesse de l’économie des îles et des ressources naturelles quasi inexistantes. En 2014, à la suite d’une visite du premier ministre au Canada, le ministre canadien des Affaires étrangères de l’époque, John Baird, avait fermé la porte à une annexion.

Qui vit là?

Avec l’immigration, la population a doublé en 10 ans. L’archipel est maintenant habité par 52 000 personnes, concentrées surtout sur l’île de Providenciales, la principale ville, située à l’ouest de l’archipel. La capitale, Cockburn Town, est située à l’extrême est. Neuf personnes sur dix sont d’origine africaine.
 

gotjee - Fotolia

Langues

L’anglais est la langue officielle, mais la plupart des habitants y parlent une forme de créole basé sur l’anglais. On y parle aussi le créole haïtien, en raison de l’immigration.

Nature

Les îles sont arides. Il y pleut assez peu, mais les ouragans sont fréquents. Le mercure atteint 30 °C à l’année.

Ruth P. Peterkin - Fotolia

C’est un paradis fiscal

Les îles Turques-et-Caïcos sont souvent accusées d’être un paradis fiscal au même titre que plusieurs territoires britanniques d’outre-mer.
 

C’est un paradis des plages

Les plages des îles figurent dans plusieurs palmarès des plus belles plages du monde.

gotjee - Fotolia