/news/health
Navigation

Clinique sans médecin SABSA: la FIQ indignée des propos du ministre Barrette

Gaetan Barrette
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark Mardi, le ministre de la Santé a expliqué que SABSA était «une manœuvre syndicale» de la FIQ.

Coup d'oeil sur cet article

«Gaétan Barrette doit cesser de dire n’importe quoi», fulmine la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), à la suite des propos qu’a tenus le ministre, mardi, sur la FIQ et la clinique sans médecin SABSA.

«À court d’arguments pour justifier son refus d’offrir de meilleurs soins de première ligne par l’entremise des infirmières et des infirmières praticiennes spécialisées, monsieur Barrette a opté pour le salissage et les attaques de bas étage», s’est insurgée la première vice-présidente de la FIQ, Line Larocque.

Mardi, le ministre de la Santé a expliqué son refus de financer la coopérative SABSA en déclarant que la clinique était située «à quatre minutes de marche, sur le plat», d’un CLSC. Il en a rajouté en alléguant que SABSA était «une manœuvre syndicale» de la FIQ qui «a toujours rêvé d’avoir un système de santé parallèle d’infirmières».

«En plein délire»

«On nage en plein délire. C’est Gaétan Barrette qui crée un réseau parallèle, un réseau privé qui ne sert qu’à enrichir ses amis médecins-entrepreneurs, et c’est lui qui saigne les CLSC en enlevant des ressources au bénéfice des GMF», a pourfendu Mme Larocque.

L’indignation de la FIQ a trouvé écho à l’Assemblée nationale, merrcredi, alors que l’opposition officielle a vertement dénoncé la fermeture, le 1er mai, de cette clinique de proximité qui dessert une clientèle démunie, souvent marginale, au centre-ville de Québec.

En Chambre, le ministre Barrette a dit reconnaître l’importance du travail des infirmières. «Au nom de la population québécoise, nous avons l’obligation de bien gérer notre système de santé, et on sait qu’un des principes de gestion est d’éviter des dédoublements», a-t-il répliqué.