/opinion/columnists
Navigation

Semaine olympique

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, le maire de Québec a remporté l’or dans la discipline de la surexcitation olympique. Pendant ce temps, à Québec, le ministre Barrette mettait au pas des super-infirmières, au détriment de la santé de plusieurs malades, et, à Laval, la police arrêtait des clients de la prostitution juvénile, une première au Québec... depuis l’opération Scorpion! Bon samedi!

Le top 3 de la semaine

1- Labeaume olympique

Il y a cinq ans, Lake Placid faisait de l’œil à Québec pour une aventure olympique et Régis était peu intéressé. Qu’est-ce qui explique le virage du maire? Le retour des Nordiques apparaît plus lointain et Marcel Aubut est écarté totalement de la photo. Le maire se tue à nous dire qu’il n’est pas «en mode olympique», mais à Lausanne, ses rencontres techniques ont duré cinq heures, il a soumis des rapports météo sur Québec entre 2020 et 2030 (!) et il a parlé d’un Crashed Ice olympique, un «sport» qui appartient pourtant entièrement à Red Bull! Pas en «mode olympique»... Comme le gars qui n’a pas faim, mais qui est assis au restaurant et qui pose un tas de questions sur la table d’hôte... Le CIO cherche désespérément des villes où organiser ses Olympiques d’hiver. Et la ville a des projets plein la cour à faire financer. SRB, anneau de glace, tête des ponts et élargissement de la Laurentienne. Une facture de plusieurs milliards. Une candidature olympique a souvent servi de prétexte idéal pour justifier d’astronomiques dépenses. Pourquoi serait-ce si différent maintenant?

2- Barrette : le ministre de l’entêtement

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette n’a peur de personne.

Il mène sa barque comme il l’entend et ne fait pas de quartier.

Même quand il est question de signer l’arrêt de mort de la clinique SABSA dans la Basse-Ville de Québec. Une clinique opérée par des super-infirmières qui soignent environ 1500 personnes dans le besoin, des «poqués de la vie», comme les appelle la députée Agnès Maltais. L’institut économique de Montréal – pas nécessairement une filiale de la FIQ – juge que Barrette est «en train de manquer le bateau». On a besoin d’accès, des cliniques sans rendez-vous se font attendre.

Ces infirmières praticiennes font du bien, mais peu importe, Barrette enverra ces vulnérables dans un CLSC!

Pourront-ils être «pris en charge»? Aucune garantie.

Dans ce bras de fer corporatiste, le ministre veut assurer la prédominance des médecins.

Pendant ce temps, on attend encore trop, partout, pour se faire soigner. Et pour les soins à domicile, on n’a encore RIEN vu!

Un jour, quand les boomers n’auront plus la santé pour aller se raconter leurs croisières dans les rangées du Costco, c’est là que le tsunami se fera sentir.

3 -  Une première depuis Scorpion !

La police de Laval s’est comportée en vraie police cette semaine!

Une première vague d’arrestations de clients d’un réseau de prostitution juvénile depuis... l’opération Scorpion à Québec en décembre 2002!

Quand même incroyable, quand on y pense!

Ce délai de 14 ans démontre de manière plus qu’évidente le manque flagrant d'attention accordée à la «chair fraîche» vendue aux aubaines du web.

L’équation est pourtant simple: frappe les clients, tu effraies les autres et tu tues le marché!

Il y a toutes ces tristes histoires de fugues de fillettes... mais vite après, les médias et le public passent à autre chose. Et les corps policiers n’en font pas de cas.

Pourtant, c’est simple, comme enquête!

La petite équipe de JE, il y a deux ans, avait «capturé» une multitude de pervers avec une facilité déconcertante.

Bravo, Laval... mais c’était seulement 10 clients.

Aujourd’hui, des dizaines d’autres sévissent et détruisent de jeunes vies. En fait-on assez pour les sauver?