/entertainment/shows
Navigation

Santana fait la fête au Centre Bell

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le Centre Bell avait des airs de grande fête mexicaine mardi soir, alors que Santana a fait bouger le public sur ses chauds rythmes latins dans le cadre de sa tournée Luminosity.

Le guitariste vedette a offert un spectacle moderne, avec du cachet et de l’exotisme à souhait.

Alors que plusieurs artistes arrivent en retard, Santana, aurait eu avantage a laissé le temps s’écouler un peu. Sans première partie, la salle se remplissait encore lorsqu’il a entamé Soul Sacrifice. Avec les sections 200, 300 et 400 fermées et un peu moins de la moitié des spectateurs à leur siège, il était très difficile d’avoir de l’ambiance. Le public est resté au neutre pendant une bonne demi-heure, puis s’est enfin dégourdi.

Des succès

C’était un spectacle pour les admirateurs de l’œuvre, les fans des grands succès. Étonnamment, l’artiste de 68 ans n’a fait que deux chansons de son dernier album Santana IV, sorti sur les tablettes le 15 avril dernier.

Avec l’aide de ses neuf musiciens au talent indéniable, Santana a finalement réussi à conquérir le public avec la pièce Maria Maria qui avait fait fureur en 1999. Elle a eu un effet instantané sur les milliers de personnes présentes. Elles se sont toutes levées, la fête était bel et bien commencée.

Foo Foo a continué dans cette lancée ultra festive et latine. Les deux chanteurs qui accompagnent Santana en tournée ont la voix et l’énergie de l’emploi. Ils ont fait un superbe travail et le public les a suivis.

Santana a aussi fait Corazon-Espinado et Put Your Lights On de l’album Supernatural. Deux pièces qui ont récolté un vif succès.

Les musiciens à l’honneur

Avec beaucoup de musiciens sur scène, il est difficile de faire une mise en scène extrêmement complexe. L’accent a donc essentiellement été mis sur toute la troupe, qui était enrobée par plusieurs effets de lumière qui créaient une ambiance parfois intime, d’autres fois extrêmement festive.

Quand l’on pense à Santana, on pense immédiatement à de longs solos de guitare. Les spectateurs en ont eu pour leur argent, notamment sur la chanson Europa, Jingo, Evil Ways et Freedom In Your Mind, pièce qui a aussi laissé beaucoup de place à la femme de 56 ans derrière la batterie, Cindy Blackman, la copine de Santana.

Quelques moments sont tombés à plat, c’est le cas de la pièce à saveur cosmique Marbles qui fut relativement difficile pour l’oreille. Au moment d’écrire ces lignes, les spectateurs attendaient toujours les grands succès Smooth, Black Magic Woman et Oye Como Va.

Un vrai leader

Si le guitariste vedette se fait parfois discret, il n’en est pas moins le «leader» incontesté de la soirée avec ses lignes de guitare qui coupent harmonieusement les percussions et les cuivres. Ces derniers instruments sont par contre, et sans contredit, responsables de l’impression de faire partie d’une fête dans les rues du Mexique.

La force de Santana est certainement d’avoir la capacité de faire cohabiter et même fusionner à merveille les rythmes latin à un son plus pop, R&B ou rock. Il l’a prouvé encore mardi.