/news/provincial
Navigation

La venue du Grand Marché inquiète sur la 3e Avenue

Certains commerçants craignent un déplacement de la clientèle vers ExpoCité

Louis Lefebvre, propriétaire de La Fournée bio, a été surpris de l’ampleur du concept du Grand Marché et il craint que la 3e Avenue n’en souffre.
Photo Le Journal de Québec, Annie T Roussel Louis Lefebvre, propriétaire de La Fournée bio, a été surpris de l’ampleur du concept du Grand Marché et il craint que la 3e Avenue n’en souffre.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs marchands de la 3e Avenue à Limoilou sont inquiets de la venue du Grand Marché dans leur secteur et craignent pour la vitalité de leur artère.

Louis Lefebvre, de La Fournée bio, a été surpris de l’ampleur du projet à ExpoCité. Le Grand Marché proposera plusieurs produits qu’on retrouve sur la 3e Avenue, dit-il.

«On a mis beaucoup d’efforts pour revitaliser l’avenue et on se fait couper l’herbe sous le pied.»

«C’est comme si la Ville venait compétitionner l’artère par ce projet. Ce qui nous inquiète, c’est que ça va drainer les clients vers ExpoCité et les gens pourraient déserter la 3e. [...] C’est certain qu’ils vont faire de la compétition et nous nuire.»

«C’est ridicule»

Claire Villemure, copropriétaire de l’épicerie fine La Réserve, a ouvert il y a deux ans. «Ma facture de taxes vient de doubler, de 6000 $ à 12 000 $!» Elle déplore que la Ville injecte 23 millions de dollars qui proviennent en partie des taxes des marchands pour implanter de la concurrence dans leur cour.

«C’est ridicule. La Ville n’est pas là pour faire de la business, mais pour offrir des services», renchérit son conjoint et copropriétaire du commerce, Marc Angèle.

Chez Miyagi Sushi, Félix Lemieux est inquiet de la perte de clientèle en raison de «l’offre de restauration» prévue dans le Marché. «Ça va nous nuire. Avec l’amphithéâtre, on s’attendait à avoir des retombées. S’il y a une offre alimentaire au Marché, ça va nous faire mal.»

Prix des loyers

Plusieurs surveillent attentivement le coût de location des espaces au futur Grand Marché et souhaitent qu’il soit le même que sur la 3e Avenue pour qu’il y ait une saine concurrence. C’est le cas de Guillaume Michaud, copropriétaire de Nektar Caféologue.

Richard Gauvreau, copropriétaire de la Casa Calzone, voit quant à lui d’un très bon œil la venue du Marché et parle même d’une «bénédiction».