/news/politics
Navigation

Loi concernant la légalisation de la marijuana au printemps 2017

marijuana
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Trudeau n’a pas l’intention de décriminaliser la marijuana jusqu’à ce qu’il la légalise par le biais d’un projet de loi devant être déposé dans un an.

La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, a choisi le forum des Nations unies à New York, mercredi, pour mettre fin au suspense et dévoiler l’intention du gouvernement de présenter une mesure législative au printemps 2017.

Mme Philpott, qui participait à un séminaire sur le problème mondial de la drogue, ne cache pas que le plan de son gouvernement «remette en question le statu quo dans plusieurs pays».

«Nous sommes convaincus qu’il s’agit de la meilleure façon pour protéger nos jeunes tout en renforçant la sécurité publique», a-t-elle néanmoins fait valoir.

La ministre a ajouté que le Canada adoptera une approche à l’égard des drogues se voulant «exhaustive et axée sur la collaboration et la compassion».

«Nous adopterons une approche mettant l’accent sur la prévention en amont, le traitement axé sur la compassion et la réduction des méfaits», a-t-elle précisé.

Le gouvernement Trudeau dit vouloir adopter une approche en matière de justice pénale «appropriées et proportionnées».

«Nous savons qu’il est impossible de régler le problème en procédant simplement à des arrestations», a-t-elle soutenu.

Dans leur plateforme électorale, les libéraux précisent vouloir retirer la consommation et la possession de la marijuana du Code criminel et élaborer de nouvelles lois «plus strictes» qui puniront la vente de drogue à des mineurs et la conduite sous l’influence de cette substance.

Pressé de questions aux Communes par le NPD, le premier ministre Justin Trudeau a rejeté l’idée de décriminaliser dans l’intervalle la marijuana, soutenant que cela ne faisait que «donner une source de revenu légale à des criminels qui vendent de la drogue».

«On a toujours dit qu’on allait prendre notre temps pour le faire de façon responsable. C’est important de protéger les jeunes, de protéger les communautés, l’approche actuelle laisse trop facilement accès aux jeunes et en plus donne des milliards de dollars par année au crime organisé et aux gangs de rue», a déclaré M. Trudeau.

Le député conservateur de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, voit pour sa part d’un très mauvais œil la légalisation de la marijuana.

«Ça ouvre la porte au fait que lorsque vous touchez à ça vous pourrez avoir des conséquences pour le reste de votre vie, a-t-il lancé. (...) Le gouvernement libéral a été élu avec cette promesse-là. C’est une erreur», a-t-il tranché.

Le chef sortant du NPD, Thomas Mulcair, a pour sa part déploré que des milliers de Canadiens, entre autres, les jeunes restent aux prises avec un casier judiciaire.

Manifestation

La ministre Philpott a fait cette annonce à New York, alors que des centaines de personnes se rassemblaient mercredi sur la Colline du Parlement à Ottawa pour réclamer la légalisation de la marijuana. Cet événement a lieu tous les ans dans plusieurs villes au monde.

Si quelques manifestants croisés près du Parlement ont reproché aux libéraux de s‘être traîné les pieds, d’autres se sont dits «à l’aise avec le fait que la légalisation se fasse dans un horizon d’un an».

«Je comprends tout le travail que ça exige d’un point de vue législatif», a estimé Joe, un étudiant en science politique à l’Université Carleton d’Ottawa.

Plusieurs manifestants s’accordent toutefois sur une chose: le gouvernement Trudeau devrait décriminaliser la consommation de marijuana à des fins récréatives en attendant sa légalisation.

«À ce point-ci, c’est un gaspillage de ressources pour la police et les municipalités qui les financent. Pourquoi perdre son temps à jeter des gens en prison?», s'est questionné un étudiant en sociologie croisé près du Parlement, Andrew Campbell.

– Avec la collaboration de Guillaume St-Pierre, Agence QMI