/entertainment/opinion/columnists
Navigation

La vraie nature de Jeff Fillion

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous lu la lettre que Jeff Fillion a écrite à Alexandre Taillefer et dont ma collègue Sandra Godin, du Journal, a obtenu copie?

L’ex-animateur y écrit: «Je fais de l’opinion mais je ne suis pas une personne méchante».

Pas une personne méchante? Ah bon. Donc, son tweet débile­­ et ses petits bonhommes sourire adressés à un homme qui pleurait le suicide de son fils, c’était un accident de parcours parce que, dans le fond, Jeff est un bon gars?

Si l’on regarde ce que Fillion a dit au cours des dernières années, il y a peu de chances que ses victimes (qu’il a démolies, insultées, humiliées, diffamées) soient d’accord avec cette version des faits.

UN BON GARS, VRAIMENT?

Voici un très bref échantillon de choses méchantes que Fillion a dites ou faites au fil des ans (vous comprendrez que je n’ai pas mis le nom de ses victimes pour ne pas les blesser à nouveau).

À propos d’un animateur télé: «Le fif (...) Il a le trou de cul tellement défoncé que ça ressemble à une vulve».

À propos des étudiants de l’Université Laval originaires d’Afrique noire: «Des fils d’écœurants et de cannibales».

À propos d’une gestionnaire d’un organisme public: «maudite chienne», «vache», «folle», «plotte de marde», «grande hypocrite», «conne».

Au sujet d’un autre gestionnaire, Jeff Fillion a dit qu’il préfèrerait discuter affaires avec les Hells Angels plutôt qu’avec ce «maudit prétentieux» et sa «gang de crottés».

À propos d’une animatrice: «Cruche vide» et «La grosseur de son cerveau n’est pas directement proportionnelle à la grosseur de sa brassière».

MÉCHANT PROGRAMME!

Vous pensez que les victimes de Fillion exagèrent?

Jeff Fillion a tellement invectivé un journaliste télé que son avocat a parlé de propos «hargneux, malicieux, faux, injurieux­­ et blessants» qui lui ont causé «du stress, de l’angoisse­­ et une perte d’estime de soi».

Quand l’acteur Jean-Louis Millette est mort, la comé­dienne Andrée Lachapelle a lu un texte à ses funérailles. Jeff Fillion a diffusé cette oraison funèbre, ce texte émouvant, en le ponctuant de bruits de pets.

Vous trouvez que c’est de l’opinion, ça, ou de la méchanceté?

En faisant son tweet dimanche soir, Jeff Filion n’a pas dérapé­­, «oups, je le ferai plus». Il a montré son vrai visage. Ce n’était pas un simple accident de parcours, il a montré sa vraie nature.

Pour ses nombreuses victimes, celles qui l’ont traîné en justice comme celles qui sont restées silencieuses, son renvoi­­ de Bell a dû être un petit baume sur leurs plaies.

Et s’il y en a qui ont été surpris par le gazouillis de Twitter­­, ceux qui ont déjà goûté à la médecine Fillion, eux, n’ont pas du tout été étonnés. Ils connaissent sa chanson.

CRACHER SON VENIN

Appelé à commenter le renvoi de Jeff Fillion, Alexandre Taillefer a déclaré à TVA Nouvelles: «Je ne peux pas me réjouir­­ de ce qui arrive à M. Fillion. Il est très cynique, c’est un gars amer, négatif. Il a besoin de trouver un peu de paix intérieure et c’est ce que je lui souhaite».

Voilà un commentaire sans aucune trace de méchanceté.