/opinion/columnists
Navigation

Gazouillis fatal

Coup d'oeil sur cet article

Jeff Fillion a été viré pour la deuxième fois de sa carrière. Un gazouillis inapproprié qui lui aura été fatal. Mais il n’est pas le seul à avoir dérapé. Que dire des propos grossièrement exagérés de la députée péquiste Carole Poirier sur les supposés dommages faits « aux femmes » par le gouvernement Couillard ? Par contre, ces libéraux ne sont pas en reste. On n’achète pas assez de voitures électriques ? Le gouvernement en place nous imposera l’installation de recharges de voitures électriques à nos frais !

Le top trois de la semaine

Jeff viré

Le pire défaut de l’humain, c’est l’orgueil. Ce sale défaut nous amène à nier les évidences, à défendre l’indéfendable et à refuser de s’excuser rapidement, sur-le-champ. Jeff était un récidiviste des ondes. Et cette fois-ci, il a péri, non pas par les ondes, mais par les médias sociaux.

Son acharnement aura eu raison de lui. Quand Alexandre Taillefer a parlé de son fils qui s’est suicidé, il aurait dû passer son tour. Jeff ne sentait plus le danger, grisé à nouveau par le succès.

Et avec ça est arrivé le confort. Et avec le confort, l’oubli.

L’oubli que sa «laisse» à lui n’était longue que d’un mètre. Plus courte que les autres.

Ce qui m’attriste le plus, c’est que son entourage avait accompli un travail colossal pour le réhabiliter. Quel gaspillage.

Au début des années 2000, la cause Chiasson marquait une ligne.

Cette semaine, c’est la cause Taillefer qui en marque une autre. La décision de Bell de le virer était déjà prise il y a longtemps.

L’embauche d’Éric Salvail à Montréal à l’automne était un signe du début de la fin pour lui. Le géant des communications n’attendait que le moment propice pour larguer Fillion.

C’est Jeff lui-même qui se sera livré, sur un plateau d’argent.

Féministe enragée

Je ne sais pas ce qu’il y a dans l’air de Québec cette semaine, mais ça dérape solide.

Dans les chaumières féministes, on n’y est pas allé avec des gants blancs.

La députée péquiste Carole Poirier a lancé gratuitement que les libéraux et leur programme étaient responsables de violences envers les femmes.

«J’ai dit qu’il existait des violences physiques, sexuelles, économiques, sociales, psychologiques. J’ai fait une contraction de phrases qui a donné ce résultat-là», a-t-elle expliqué, peu convaincante.

Un tel dérapage en a fait sursauter plusieurs et aurait dû être plus sévèrement sanctionné par son chef Pierre Karl Péladeau, lui aussi trop aveuglé par la partisanerie.

Ces accusations loufoques nous propulsent carrément dans un monde parallèle, un monde de victimisation à outrance dans lequel ma conjointe et les conjointes de mes amis ne se reconnaissent nullement.

À force de crier au loup tout haut, tout le temps, ça en vient qu’à ternir la cause des femmes.

Oui, madame Poirier, vous avez été une ennemie de votre propre cause!

L’électricité dans la gorge

Les prises de recharge extérieures obligatoires pour les nouvelles constructions d’habitations, c’est le comble!

«On s’en va dans la bonne direction», nous lance gaiement un ministre Daoust convaincu par son armée de fonctionnaires verdoyants.

Ce gouvernement écologiste croit-il vraiment qu’on n’achète pas de voitures électriques parce qu’on n’a pas assez de bornes extérieures?

Et croit-il que parce qu’on en aura plus, on va soudainement virer électrique?

Les gouvernements sont les pires conseillers pour nos choix de consommation et, surtout, ils sont les pires devins.

C’est comme si, dans le temps, on nous avait forcés à adopter le format Béta contre VHS ou HD DVD contre Blu Ray...

C’est le marché qui décide et, à ce jour, malgré les rabais et les subventions, les Québécois optent toujours pour des voitures à essence.

Mais cette ordonnance idéologique est un acte de foi. La foi verte.

On souhaite électrique, on espère électrique, on prie électrique.

Quitte à ignorer qu’en Asie, on vient de lancer la Toyota Mirai, la première voiture à l’hydrogène de série, dont l’électricité est produite... à bord!

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions