/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Jeff Fillion: la vie des autres

Coup d'oeil sur cet article

La femme de Jeff Fillion, Marie-Claude Grenier, a pris sa défense sur Facebook, avec un texte intitulé Mon Jeff à moi.

Elle se plaint de l’impact sur sa famille de la dernière controverse impliquant son mari: «En une seule journée, on peut détruire et changer la vie d’une famille au complet.»

Mais, précisément, n’est-ce pas exactement ce que Fillion a fait à ses victimes? Pourquoi Mme Grenier ne s’est-elle pas émue quand il s’agissait de la vie des autres qui était détruite?

SON JEFF À ELLE

Mme Grenier invoque l’impact sur sa famille du renvoi de son mari par Bell Média. «Mes filles se sont fait pointer du doigt à l’école.»

C’est en effet déplorable que des enfants soient des victi­mes collatérales des erreurs de leurs parents.

Mais je voudrais lui demander: «Quand votre mari brisait la vie de ses têtes de Turc, jour après jour, est-ce que vous pensiez à l’impact sur leurs enfants, leurs frères et sœurs, leurs parents?»

Mme Grenier nous dit que Jeff Fillion est «l’amour de sa vie» depuis 16 ans. C’est donc qu’elle a vécu les pires années de Fillion. Elle l’a connu quand il s’acharnait sur des hommes et femmes dont la santé mentale a été fragilisée, la vie de famille ébranlée.

Ça ne la tentait pas de lui dire d’arrêter, de penser au tort qu’il allait causer à leurs proches?

Elle a gardé le silence quand son mari dérapait solide?

Mme Grenier écrit: «J’ai le cœur ouvert en deux quand mon ado supplie son père de ne plus faire de la radio, car elle aimerait avoir une vie normale.» Mais les victimes de Fillion, il aurait fallu qu’elles fassent quoi pour que l’animateur arrête de leur taper sur la tête et qu’elles aient une «vie normale»?

Quand elle écoutait son cher mari traiter Unetelle de «plotte» et Untel de «crotté», Mme Grenier se demandait-elle comment se sentaient ces gens-là?

A-t-elle pensé une seule fois, au cours des 16 dernières années, au traumatisme que son Jeff a causé à ses victimes, qui n’avaient pas demandé à vivre sous les projecteurs et n’avaient pas un salaire dans les six chiffres pour faire avaler la pilule?

Fillion a perdu son boulot à Énergie. Aujourd’hui même, il reprend le micro à Radio Pirate. L’impact de ce qu’il a vécu est financier.

Alors que les victimes de Fillion, elles, portent encore les séquelles psychologiques de ses attaques, 16 ans plus tard.

« FAUT VRAIMENT ÊTRE UN TOTON »

En juin 2015, à NRJ (maintenant Énergie), Jeff Fillion a eu des mots très durs pour le blogueur Raif Badawi, condamné à 1000 coups de fouet en Arabie saoudite.

«Enwoueille des coups de fouette, we don’t care...», a-t-il dit. «Pourquoi on s’occupe de ça? Sa femme est Canadienne? Ben regarde, a s’arrangera avec ça, c’est pas un citoyen canadien. [...] S’en aller, pis commencer à jouer au genre de superhéros pour essayer de remettre l’Arabie saoudite avec les valeurs occidentales, faut vraiment être un toton, là.»

Est-ce que, ce jour-là, Marie-Claude Grenier a pensé à la femme et aux enfants de Raif Badawi?