/slsj
Navigation

Jean Tremblay passe ses commandes à Québec

Il sollicite l’aide du gouvernement pour la réfection des rues

Jean Tremblay a demandé de l’aide financière pour la réfection des routes qui sont tellement endommagées que des véhicules doivent contourner les nids-de-poule par la voie inverse.
Photo Roger Gagnon Jean Tremblay a demandé de l’aide financière pour la réfection des routes qui sont tellement endommagées que des véhicules doivent contourner les nids-de-poule par la voie inverse.

Coup d'oeil sur cet article

La réfection des rues de Saguenay et l’agrandissement de l’aérogare de Bagotville se sont retrouvés au cœur de la rencontre entre le maire de Saguenay et le ministre des Transports, Jacques Daoust.

Le maire a expliqué mardi au ministre Daoust qu’il souhaite mettre en place un programme spécial de 25 M$ supplémentaires sur cinq ans afin de reprendre le dessus sur la réfection des rues.

«Nous sommes incapables de prendre le contrôle de nos rues. Les centres-villes et les rues principales sont plus endommagés que les quartiers résidentiels. C'est brisé comme jamais», mentionne Jean Tremblay en entrevue à TVA Nouvelles.

La température en dent de scie que nous avons connue lors du dernier hiver n’a pas aidé l’état de dégradation de la chaussée.

«Le gel et le dégel ont été plus fréquents, ça a détérioré les rues. Ça n’a pas de bon sens», poursuit M. Tremblay.

Bons arguments

Jean Tremblay croit qu’il a apporté de bons arguments pour convaincre le gouvernement du Québec de lui accorder de l’aide financière pour l’entretien des rues de Saguenay.

«Le territoire de Saguenay représente deux fois et demie celui de l’île de Montréal avec 1400 km de rue, c’est exceptionnel. [...] Ce n’est pas exagéré ce que l’on demande. Pourquoi Montréal a des milliards et que Québec a des centaines de millions? C'est justement l'argument que je lui ai servi. C’est chacun son tour», explique-t-il.

Le maire espère recevoir, prochainement, une réponse positive de Jacques Daoust.

Aérogare

Jean Tremblay a profité de sa rencontre avec Jacques Daoust pour relancer son projet d’agrandissement de l’aérogare de Bagotville.

Des investissements de 15 M$ sont devenus nécessaires, selon le maire, puisque le bâtiment est trop exigu.

Dans les dernières années, le nombre de vols et de passagers a augmenté considérablement, mais les infrastructures en place n’ont subi aucune modification majeure.

«La bâtisse est trois fois plus petite que celle de Sept-Îles. Quand il y a des départs pour le Sud l'hiver, si ça continue, ça va prendre des chaises dehors», illustre Jean Tremblay.

La Ville considère avoir fourni sa part d’efforts en refaisant le stationnement, l'accès à l'aéroport et le tarmac. Elle demande maintenant l’aide des deux paliers de gouvernement pour rénover et agrandir l’aérogare.

Évidemment, la nouvelle aérogare pourrait également recevoir des douanes.

Le maire croit que le ministre pourra difficilement refuser puisque le gouvernement a déjà financé d’autres villes pour le même genre de projet.