/opinion/blogs
Navigation

Gare à Uber.

Gare à Uber.
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

On risque de se faire rouler. Derrière le discours creux sur l’économie de partage se cache une tentative de blanchir le travail au noir.

Au nom de la liberté...

Il m’arrive de penser qu’il se dit autant de niaiseries au nom de la liberté qu’au nom des dieux. La dernière divagation en ce sens est une gracieuseté de la Fédération des chambres de commerce du Québec. Selon sa présidente-directrice générale, imposer des conditions aux ubéristes équivaudrait à exiger, scandale, qu’ils achètent le droit de gagner leur vie. Sniff, sniff. La porte-parole de 60 000 entreprises et 150 000 gens d’affaires, selon le site de la Fédération, soutient qu’il s’agirait d’une contradiction fondamentale avec un comportement ancestral : l’échange d’un service contre de l’argent. Ah ce que je rêve donc de ces temps ancestraux où tout le monde était heureux, et confortable, sans l’intrusion d’un maudit État emmerdant qui essaie d’égaliser les chances, ou en tout cas qui tente de réduire les inégalités. Au nom de l’inévitable, paraît que c’est comme ça ailleurs, on devrait autoriser et généraliser le travail au noir au nom du droit à gagner sa vie. Encore un peu et il faudrait abolir les impôts et, tiens, les cotisations syndicales au nom du je-prends-tout-et-tant-pis-pour-les-autres.

Et nous, et nous ?

Passe encore que les chantres du capitalisme à outrance et du plus petit État possible nous aspergent d’inanités. Je ne suis ni déçu ni surpris de leurs persistantes complaintes. Mais je trouve fichtrement désolant que le gouvernement conservateur de Québec s’abreuve à la même auge en proposant deux classes de transport collectif par auto, une où il y a des devoirs et des obligations, l’autre, moins. Ce premier ministre fait de notables efforts pour se distancier des relents de son prédécesseur. M. Charest se vantait d’avoir les deux mains sur le volant, M. Couillard a les deux mains dans le dos.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.