/slsj
Navigation

Un pavillon pour la culture autochtone

L’institut souhaite former plus de Premières Nations

Le nouveau pavillon de la culture 
autochtone de l’UQAC commence 
à prendre forme.
Photo roger gagnon Le nouveau pavillon de la culture autochtone de l’UQAC commence à prendre forme.

Coup d'oeil sur cet article

Les autochtones du Saguenay-Lac-Saint-Jean auront un nouveau lieu d’enseignement et de rassemblement dès cet automne. Les travaux de construction du nouveau pavillon de l’UQAC, dédié exclusivement à la culture autochtone, ont débuté la semaine dernière.

Depuis sa création, l’Université du Québec à Chicoutimi a le mandat de favoriser l’accès aux études supérieures pour les étudiants des Premières Nations.

Plusieurs services et programmes y sont offerts actuellement, mais un regroupement dans un seul pavillon pourra faciliter le sentiment d’appartenance.

«Il était temps que l’UQAC se dote d’un pavillon comme celui-ci. Nous pourrons optimiser nos services», affirme Marco Bacon, directeur du Centre des Premières Nations Nikanite.

Ce nouveau pavillon pourra répondre à la demande grandissante en enseignement supérieur pour les peuples autochtones.

«Ils ont des besoins criants dans différents secteurs comme la santé, l’administration et l’enseignement. Les communautés doivent former de nouveaux leaders», explique-t-il.

Le directeur prévoit d’ailleurs une augmentation du nombre d’inscriptions dans les prochaines années.

L’UQAC a un autre souhait, celui d’attirer les communautés autochtones éloignées grâce à deux nouveaux programmes qu’elle offrira à distance.

«C’est important de pouvoir leur offrir ce service. C’est une collaboration significative», précise M. Bacon.

Jusqu’à maintenant, près de 1000 étudiants autochtones ont obtenu un diplôme de l’UQAC.

NOUVEAU PAVILLON

Le nouveau pavillon de 900 mètres carrés, construit sur deux étages, abritera un centre de documentation et d’archives autochtones en plus de regrouper les activités d’enseignement et de recherche du Centre des Premières Nations Nikanite, de la Boîte rouge vif et du projet Innu Meshkenu.

«Lieu d’accueil, de rassemblement et de formation universitaire pour les étudiants autochtones, ce nouveau pavillon permettra assurément de faire rayonner la culture des Premiers Peuples et d’en préserver l’héritage», affirme Marie-Karlynn Laflamme, directrice du bureau des affaires publiques de l’UQAC.

Le nouveau pavillon, qui a été financé grâce à une contribution de 2,5 M$ de Rio Tinto, devrait être inauguré dès cet automne.