/news/currentevents
Navigation

Desjardins dirigé de Montréal

Même si le siège social du Mouvement est à Lévis, 10 des 12 membres de la haute direction opèrent de l’autre bout de l’autoroute 20

Le siège social de Desjardins à Lévis.
photo Daniel Mallard Le siège social de Desjardins à Lévis.

Coup d'oeil sur cet article

Le Mouvement Desjardins a beau avoir son siège social à Lévis, seulement 2 membres sur 12 de la haute direction y travaillent princi­palement, a constaté Le Journal.

Sur les 12 postes de hauts dirigeants de Desjardins, 10 sont occupés par des cadres dont les bureaux principaux sont situés à Montréal. Peu d’entre eux ont d’ailleurs l’intention de déménager à Lévis.

Le nouveau président de Desjardins, Guy Cormier, habite la région de Montréal. Il dirige la coopérative de services financiers à partir des bureaux de Desjardins dans la métropole.

M. Cormier dit avoir toutefois un pied-à-terre depuis deux semaines dans la région de Québec où il compte éventuellement demeurer.

Récemment, il a avoué au Journal qu’il s’attendait à ce que tous les membres de la haute direction du Mouvement Desjardins soient présents lors des activités dans la région de Québec.

Pas une exigence

Sa prédecesseure à la tête de Desjardins, Monique F. Leroux, logeait à l’hôtel lorsqu’elle était de passage dans la région.

À Lévis, les deux seules membres du comité de direction présentes au quotidien sont les premières vices présidentes Sylvie Paquette (Assurances de dommages) et Marie-Huguette Cormier (Marketing, Communication et Coopération).

Chez Desjardins, on indique qu’aucune règle interne n’oblige actuellement ses membres du comité de direction à travailler à partir du siège social de Lévis.

«C’est une question de bassin de recrutement. Montréal est un centre financier important avec un écosystème», fait valoir le porte-parole de Desjardins, André Chapleau.

Ce dernier souligne que 8000 personnes travaillent chaque jour sur le campus de Desjardins à Lévis, faisant de la coopérative de services financiers le plus gros employeur privé de la région de Québec.

Chaque jour, Desjardins met d’ailleurs à la disponibilité de ses employés des navettes (autobus) en partance de Lévis et de Montréal qui font le trajet matin et soir.

Guy Cormier, Président de Desjardins
Photo d'archives
Guy Cormier, Président de Desjardins

Malaise

Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs gens d’affaires de la région de Québec ont dit éprouver un certain malaise face à un ratio aussi élevé de membres du comité de direction de Desjardins qui travaillent principalement à partir de Montréal.

Certaines grandes entreprises canadiennes ont d’ailleurs des règles très strictes et claires quant au lieu de travail de leur comité de direction à leur siège social.

L’an dernier, par exemple, le grand patron de Telus, Joe Natale, a été contraint de démissionner de son poste puisqu’il refusait de déménager de Toronto à Vancouver où se situe le siège social de l’entreprise.

À la Chambre de commerce de Lévis, on dit n’avoir aucune opinion sur le sujet.

«Idéalement, on aimerait que le nombre de hauts dirigeants soit plus élevé. Mais c’est comme cela. Il y a de très bons emplois ici et Desjardins est un employeur de qualité», a souligné le directeur général de la Chambre de commerce de Lévis, Stéphane Thériault.

Salaire des 3 plus hauts dirigeants de Desjardins en 2015

Monique F. Leroux

Présidente et chef de direction

3,935 millions $


Normand Desaultels

Premier vice-président exécutif

2,147 millions $


Denis Berthiaume

1er v-p et directeur général

Gestion de patrimoine et Assurances de personnes

1,47 million $

Source : rapport annuel 2015