/news/society
Navigation

10 citations percutantes de Guy Nantel au sujet de Dieudonné

L'humoriste Dieudonné.
Reuters L'humoriste Dieudonné.

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Guy Nantel a été invité à se prononcer sur le cas du controversé humoriste français Dieudonné qui a été refoulé à la frontière canadienne alors qu’il devait donner une série de spectacles à Montréal. Au micro de Paul Arcand au 98,5 à Montréal, Guy Nantel a affirmé que le sort réservé à l’humoriste polémiste est le résultat d’une «récupétation politique». L’adoption éventuelle du projet de loi 59 concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et incitants à la violence inquiète aussi l’humoriste qui considère que la morale sera désormais «arbitrée par des politiciens».

Voici quelques citations de son passage à l’émission

1) «Ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu. À l’époque, je sais qu’il a pris une chire un peu obsessionnelle sur un même thème. Dans le fond, moi ça serait n’importe quel thème, quelqu’un qui parle toujours de la même affaire, je trouve que ça devient un peu redondant, mais c’était un très bon humoriste à cette époque là, c’est sûr.»

2) «C’est sûr que c’est un gars qui aime beaucoup la polémique [...] mais il faut savoir pour quelles raisons il a été d’abord condamné. Tsé, retournez voir le sketch. Faites “Dieudonné colon juifs” sur Youtube. Vous allez voir, c’est absolument inoffensif. Je veux dire, il n’y a rien, C’est un mauvais sketch, il ne sait même pas son texte par coeur, mais dans un studio de télévision, il a une ovation debout à la fin, il y a Jamel Debouzze qui est là et qui rie aux larmes. Ça, ç’a été récupéré plusieurs jours plus tard.»

3) «Ensuite de ça, il a toujours été condamné en France, mais pour des raisons... par exemple, il a pris une chanson qui s’appelait “Chaud Cacao”, que moi je ne connais pas, et il l’a changée en “Shoa nanas”, alors il a eu 27 000 euros d’amende pour avoir fait ça. Il a dit que les juifs, le judaïsme c’était une secte religieuse. Il a dit que la shoa c’était de la pornographie mémorielle, des trucs comme ça qui finalement n’auraient jamais été condamnées ici au Canada.»

4) «On a laissé rentrer Roosh V l’année passée, qui lui faisait l’apologie du viol. Il donnait des trucs aux gars comment violer des filles, il n’y avait absolument aucune raison aux douanes du Canada de refuser ce gars là même s’il prônait la persécution contre les gays. On ne déporte pas des criminels qui font partie du crime organisé qui ne sont même pas citoyens ici au Canada, on ne veut même pas les déporter. On fait entrer des criminels de guerre, des gens qui sont des mafieux et là, soudainement parce que le gars a fait “shoa nanas” au lieu de “cacao” je ne sais pas quoi, c’est complètement ridicule.»

5) «Il faut faire la distinction entre l’appréciation du gars et la liberté ou pas de venir dans un pays.»

L'humoriste Guy Nantel
PHILIPPE-OLIVIER CONTANT/AGENCE QMI
L'humoriste Guy Nantel

6) «Dieudonné ça fait une dizaine d’années qu’il a eu des condamnations. Il est rentré au-dessus d’une dizaine de fois ici au Canada et il n’a jamais eu de problèmes. Si en ce moment il a des problèmes, c’est que ça été récupéré par le bras politique au Canada et au Québec.»

7) «Tout de suite quand il est arrivé, ils l’ont intercepté. Ils l’ont interrogé pendant six heures et moi c’est contre ça que j’en ai. C’est que les gens ne voient pas qu’il y a un glissement tranquillement avec ce que Mike Ward vit avec la Commission des droits de la personne, donc c’est récupéré par la politique.»

8) «La loi 59 qui s’en vient, c’est encore la politique et ce qui est arrivé à Dieudonné hier c’est la même chose. Ce qu’on est entrain de vivre, c’est un glissement qui fait en sorte que la morale va être arbitrée par des politiciens maintenant. Je trouve que c’est absolument pas acceptable. Il y a une séparation des pouvoirs et c’est comme ça qu’il faut vivre.»

9) «Ce que ça laisse aussi, c’est une grande part d’interprétation parce que quand on dit qu’il y a une incitation à la haine, c’est que dans le fond, il faut qu’il y ait un appel à ce qu’on demande aux autres de commettre des délits envers un groupe ou une personne, mais simplement dire: “je n’aime pas tel groupe ou je n’aime pas telle personne”, c’est encore permis au Canada. Il n’y a rien qui interdit ça. Tu as le droit de ne pas aimer du monde ce n’est pas illégal, mais avec cette nouvelle loi là, tu vas être assimilé à des propos haineux.»

10) «Quelqu’un, en ce moment, qui dit publiquement: “je n’aime pas la face à Guy Nantel”, ce n’est pas le fun pour moi, je n’aime pas ça entendre ça publiquement, mais il a le droit de le dire. Mais si quelqu’un dit: “ouin, Guy Nantel, ça c’est son adresse et vous pouvez aller casser les vitres”, ça c’est de l’incitation à la haine et ça il ne faut pas accepter ça.»

Écoutez l’extrait intégral