/opinion/columnists
Navigation

Ces jeunes qui restent

Coup d'oeil sur cet article

Parfois, les choses changent en mieux. Au Saguenay, quand j’étais petit, j’avais l’impression que nous avions un choix d’avenir restreint: travailler dans une usine ou sacrer le camp.

Attiré par les communications, j’ai choisi la deuxième option. Mais depuis, on dirait que la mentalité n’est plus la même. Beaucoup de jeunes décident de rester au Saguenay-Lac St-Jean pour fonder leur famille. Et parfois même lancer leur propre entreprise. Une véritable fontaine de Jouvence dont la région avait cruellement besoin.

PARTOUT, DES JEUNES !

Je l’ai constaté à de multiples reprises au cours de la dernière semaine. J’étais en vacances, dans ma Forteresse de Solitude. Bon, j’avoue, je ne suis pas Superman. J’étais seulement à la maison familiale à Saint-Fulgence. Une petite municipalité saguenéenne parmi tant d’autres, qui a eu des années difficiles avec les fermetures d’usines, de moulins et de cretons.

Imaginez-vous que Saint-Fulgence est rendu avec son propre boucher. Un jeune qui tripe. Qui fait ses saucisses, qui a un fumoir, qui a un comptoir qui ferait la fierté de n’importe quelle épicerie à grande surface. Vous trouvez peut-être ça banal. Moi j’ai trouvé ça génial.

C’est un exemple parmi beaucoup d’autres. Parce que ça déboule un peu partout. Les restos, les sandwicheries, les microbrasseries, les ébénisteries et j’en passe. Partout où je suis passé manger, boire, passer du bon temps, j’étais reçu par des jeunes. Qui parlent avec passion de leurs produits, de leurs commerces.

Dans les deux zoos aussi, des jeunes. Pleins de passion et de dévotion pour les petites et les grandes bêtes, qu’elles soient exotiques ou non. Toujours contents de voir des tout-petits et d’en mettre un peu plus pour rendre leur première visite inoubliable. Les touristes doivent apprécier. Le papa que je suis a beaucoup aimé.

C’est pareil dans les fonctions publiques. Des profs, des animateurs, des journalistes. Beaucoup de jeunes voix qui s’élèvent, qui questionnent. Qui veulent que ça marche et qui ne veulent pas bouger de la région. Qui veulent que les choses s’améliorent, qu’elles leur ressemblent. Ils prennent la relève, la tête haute.

RÉSURRECTION RÉGIONALE

Si on recule d’une génération ou deux, on tenait ça pour acquis. On croyait que si l’intérêt ne gardait pas les gens dans la région, la fatalité s’en chargerait. C’était une erreur. On a vu beaucoup de jeunes partir pour ne jamais revenir. Le Saguenay–Lac-St-Jean était une terre de départ, pas une terre d’accueil. Et surtout pas la terre qu’on voulait labourer jusqu’à notre mort.

Qu’est-ce qui s’est passé depuis? Les grandes villes ont perdu de leurs attraits? La région a retrouvé son charme?

Je n’ai pas les réponses à ces questions. Mais c’est de toute beauté. Et ça donne le goût à de vieilles croûtes comme moi de revenir un jour, avec la famille. De suivre et de faire partie de cette belle vague de jeunesse et d’entrepreneurship.

Notre région mourait à petit feu, comme bien des régions au Québec. De voir les jeunes ramener notre coin de pays à la vie avec autant de fierté et d’enthousiasme, ça fait vraiment beaucoup de bien.

Et si ce n’était qu’un début?

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.