/misc
Navigation

La langue à point

Bloc Livres Livre
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le chroniqueur Louis Cornellier, du Devoir, publie ces jours-ci un petit recueil d’essais chez VLB éditeur, Le point sur la langue. La réputation de l’auteur, critique aux essais au Devoir et auteur de plusieurs autres livres, n’est plus à faire. Cornellier signe ici un livre essentiel pour tous les amoureux de la langue française qu’ils soient plus axés sur le fond de la langue, sur sa forme, ou encore sur l’aspect social de la langue française au Québec ou au Canada – on lira d’ailleurs avec plaisir son texte «Un Canada de moins en moins français» véritable petit coup de poing sociopolitique. 

Cornellier l’avoue lui-même dans l’introduction de son livre: il s’est «converti» à la forme, à la grammaire et à la syntaxe alors qu’il était d’abord un amoureux du fond, des sujets et des idées liés non seulement à l’écriture, mais à la langue elle-même. C’est donc sans surprise qu’on retrouve dans son recueil quelques textes critiquant la plume et la qualité de la langue de certains chroniqueurs ou encore l’utilisation d’anglicismes répandue, que ce soit chez nos érudits, nos sportifs, nos politiciens ou nos artistes. 

Cinquante courts essais prennent place dans les 185 pages, parmi lesquels certaines perles, dont un texte puissant intitulé «Mener le bon combat» portant sur les débats concernant l’avenir de la langue française.

L’auteur écrit avec raison que plusieurs personnes, plutôt que de s’inquiéter du déclin de la langue, s’enfargent dans les fleurs du tapis en évoquant ceux qui «la parlent mal» et le chroniqueur répond judicieusement que «les langues ne disparaissent pas quand les locuteurs les parlent mal [...], mais disparaissent parce qu’elles perdent leur utilité et leur prestige pour des raisons économiques, politiques et culturelles» [p. 39]. Notons aussi une magnifique ode au texte «Vivre debout» de Vigneault dans «Prophétiser le péril avec Vigneault». 

Avec ce recueil d’essais, l’auteur démystifie aussi plusieurs mythes linguistiques «répandus» par exemple sur la baisse du niveau de langue, sur la supposée facilité de l’anglais ou sur le «bon usage» de certains mots. Il le fait de façon claire, précise et bien vulgarisée, sans se perdre dans des dédales linguistiques trop scientifiques et inaccessibles. Un bon petit ouvrage accessible, intéressant, et surtout, qui se lit très bien. Un incontournable pour tous les amoureux de la langue française. 

En ce jour férié de la fête des Patriotes, j’en profite aussi pour vous suggérer le magnifique ouvrage d’Anne-Marie Sicotte, Histoire inédite des patriotes, un peuple libre en images qui vient de paraître chez Fides.

Un véritable document d’archives, où nous apprenons plusieurs faits sur notre passé, sur les rébellions de 1837-1838, mais aussi sur les tenants de ces révoltes et sur ses résultantes. Comme Louis Cornellier parle de la langue française et de son importance, il faut aussi se souvenir de nos patriotes qui se sont battus pour une société plus juste pour nous, francophones, et ce, peu importe nos allégeances politiques. L’œuvre de Sicotte, abondamment illustré, est un magnifique livre pour comprendre d’où nous venons et nous souvenir, aujourd’hui comme demain, de ces hommes et femmes qui ont lutté pour nous permettre de vivre plus libres, dans notre langue commune. Un beau livre de choix pour votre bibliothèque. 

 

Cornellier, Louis (2016)  Le point sur la langue. Montréal: VLB éditeur, 185 pages. 

Sicotte, Anne-Marie (2016) Histoire inédite des patriotes. Montréal: Fides, 440 pages.