/news/politics
Navigation

Cloutier écorche Lisée

Irresponsable de chiffrer les cibles d’immigration, selon l’aspirant-chef du PQ

L’aspirant-chef péquiste Alexandre Cloutier.
Photo Agence QMI, Simon Clark L’aspirant-chef péquiste Alexandre Cloutier.

Coup d'oeil sur cet article

Écorchant au passage son rival Jean-François Lisée, l’aspirant-chef péquiste Alexandre Cloutier juge irresponsable de chiffrer à ce stade-ci les cibles d’immigration.

M. Lisée estime que le Québec reçoit trop d’immigrants et propose de réduire substantiellement l’objectif actuel de 50 000 nouveaux arrivants chaque année.

C’est un sujet qui doit être traité avec «hauteur», pas sur le coin d’une table, selon M. Cloutier. On ne peut prendre position fermement sur cet enjeu avant d’avoir entendu les experts défiler en commission parlementaire sur les seuils d’immigration, plaide-t-il. La tenue des audiences n’a pas encore été fixée par le gouvernement.

«Je ne proposerai pas de chiffre comme le fait Jean-François parce que je pense que ça prend un réel débat là-dessus. J’ai reproché au premier ministre Philippe Couillard de faire de la politique sur un enjeu délicat, en improvisant un chiffre de 60 000, je ne ferai certainement pas la même erreur dans cette course au leadership», a confié le député de Lac-Saint-Jean à notre Bureau parlementaire.

«Il n’y a rien qui démontre qu’on doive augmenter les seuils, absolument rien, par contre, je n’improviserai pas un chiffre à la baisse avant qu’on ait travaillé avec les experts», insiste-t-il.

Intégration

La capacité d’accueil du Québec ne doit pas être exclue du débat sur les cibles d’immigration. Les problèmes d’intégration, de francisation, de chômage des nouveaux arrivants doivent être abordés, renchérit Alexandre Cloutier.

Il croit fermement que cet enjeu ne doit pas faire l’objet d’un jeu partisan entre les formations politiques. Le candidat à la succession de Pierre Karl Péladeau souhaiterait que les cibles d’immigration soient fixées de manière consensuelle à l’Assemblée nationale.

«Dégager une majorité, un consensus sur des enjeux comme ça, c’est fondamental. Il ne faut pas créer de division.»

Le PQ doit envoyer un message d’ouverture à tous les Québécois, peu importe leurs origines, pense M. Cloutier. «Maintenant, il ne faut pas se mettre la tête dans le sable sur des problématiques réelles» d’intégration des immigrants.

Recul du gouvernement

Le gouvernement Couillard avait laissé entendre au cours des derniers mois qu’il pourrait faire passer de 50 000 à 60 000 le nombre d’immigrants accueillis chaque année. La ministre Kathleen Weil a toutefois changé son fusil d’épaule récemment et promis la stabilité à court terme.